Tag : experimental-film

Festival Silhouette Carte Blanche à Johanna Vaude

Festival Silhouette Carte Blanche à Johanna Vaude

 

(English below)

Cette année, l’équipe du Festival Silhouette me donne carte blanche pour une séance spéciale autour de mes films.

La programmation du festival est sous le signe de la rébellion, et c’est dans cette optique que j’ai imaginé la projection de mes films : de Samouraï et De l’Amort (Love and Death) en passant par System Overload jusqu’à mes vidéos pour Blow Up Arte ainsi que d’autres surprises…

Rendez-vous le samedi 2 septembre à 15h00 au Vent se lève 181 Avenue Jean Jaurès, 75019 Paris.

Le festival m’a également demandé de réaliser leur bande-annonce que vous pouvez voir ici :

This year, the Silhouette Short Film Festival gives me a special screening of my films.

The programme is under the sign of rebellion and it’s in this way that I made the choice of my films : starting from Samouraï and De l’Amort (Love and Death) through other productions like System Overload or my videos for Blow Up Arte and more…

See you on Saturday, september 2 at 3:00 p.m at Le Vent se lève 181 Avenue Jean Jaurès, 75019 Paris.

For the third year, The Silhouette Film Festival ask to a director, whom it loves the art work, to create the trailer of the festival.

You can watch my contribution here :

« Une séance est consacrée à Johanna Vaude et à son parcours cinématographique hors du commun. Son cinéma hybride, basé sur une relation entre les images et le son, aborde des thèmes très étendus en privilégiant le point de vue intérieur de ses sujets et en créant des univers intenses aux couleurs et aux montages insoupçonnés.
Au programme, des créations originales comme Ufo Dreams mais aussi des commandes pour Blow Up avec des hommages à Leonardo Dicaprio, en passant par Mad Max mais aussi Jim Jarmush et Scarlett Johansson. »

– Festival Silhouette 2017

 

johanna-vaude-festival-silhouette-2017-s

Batman V Superman par Johanna Vaude – Blow up Arte

Batman V Superman par Johanna Vaude – Blow up Arte

batman-v-superman-johanna-vaude-blow-up-arte

Time : 4 : 16 min
Production : Blow up Arte / Camera Lucida
Editing and soundtrack : Johanna Vaude
Original format : digital
Distributor : Blow Up Arte – Camera Lucida

 

Résumé : « Batman V Superman » est une bande annonce parallèle sur un film imaginaire en hommage aux personnages de Comics Batman et Superman.

Technique : Montage sonore et visuel à partir de films sur Batman et Superman.

Infos : cette vidéo a été conçu pour l’émission de cinéma Blow Up Arte

Synopsis : « Batman V Superman » is an unofficial trailer about an imaginary movie dedicated to the Super heros Comics : Batman and Superman.

Technique : Editing and sound work based on films with Batman and Superman.

Additionnal information : This video was commissioned for the webzine cinema Blow Up Arte.

My soundtrack was made with free samples, trailer’s sounds from « Batman V Superman » and addition of experimental sounds and extracts from film’s dialogues :

Paroles :

-Intro –

« Day versus night »

« That how it starts. The Fever, the rage. The feeling of powerlessness that turns good man… cruel. »

batman vs superman johanna vaude blow up arte

-Batman-

« As a symbole I can be incorruptible, I can be everlasting. »

« I’m Batman ! »

« I see without seeing. To me, darkness is as clear as daylight. »

« You have great powers. »

-Superman-

« On my world it means hope »

« Oh Superman ! »

« Everyone stand back, please stand back ! »

« Superman ! »

-Interlude-

« Today, is the day for truth. »

« The end of Superman… »

« You are the symbols of hope I can never be. »

« The Bat is Dead, bury it ! »

« Guilty. Guilty ! Guilty ! »

« Destroy Superman ! »

« I have to destroy him ! »

« Someone knows where he is !!! »

– Bubbles of Comic –

Page 1 et 2 :

– Batman : « I will find you superman »

batman v superman johanna vaude blow up arte batman v superman johanna vaude blow up arte comics

– A girl seeing Superman flying : « Oh my god ! »

– Batman : « Me to ! I can fly ! »

batman v superman johanna vaude blow up arte comics batman v superman-12

Page 3 et 4 :

– Superman : « What’s this ? »

batman v superman-johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv

– Batman : « I’m going to destroy you ! »

batman vs superman johanna vaude blow up arte batman v superman-114 batman v superman- johanna vaude-6

– Superman : « Tired ? »

batman v superman johanna vaude blow up arte comics

– The Joker : « Hello ! »

– Batman : « Damn it ! »

batman v superman johanna vaude blow up arte comics

Page 5 et 6 :

– Catwoman : « Miaou ! »

batman v superman-15

– The Joker : « HAHAHA »

– Batman : « HELP ! »

batman v superman johanna vaude blow up arte comics batman v superman johanna vaude blow up arte comics

– Superman : « RHAAAAA ! »

batman v superman-18

Page 7 :

– Batman : « Who are you ?! »

batman v superman-johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv

– Superman : « A friend. »

batman v superman-johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv

Batman V Superman par Johanna Vaude – Blow up Arte

Les Arts Martiaux par Johanna Vaude

Les Arts Martiaux par Johanna Vaude - blow up arte

Time : 4 : 36 min
Production : Blow up Arte / Camera Lucida
Editing and soundtrack : Johanna Vaude
Original format : digital
Distributor : Blow Up Arte – Camera Lucida

 

Résumé : A sound & visual experience about art martial film, about artistic fight mind.

Technique : Montage sonore et visuel à partir de différents films d’Arts Martiaux.

Infos : Les Arts Martiaux par Johanna Vaude  est une commande de Blow Up, l’actualité du cinéma (ou presque) sur Arte tv.

Synopsis : A sound & visual experience about Art Martial film, about artistic fight mind.

Technique : Editing and sound work from differents Art Martial movies.
To know more : Les Arts Martiaux par Johanna Vaude is commissioned by Blow Up, the new cinema webzine on Arte tv.

PLAYER ARTE :

Click to enlarge / Cliquez pour agrandir…

johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv bruce leejohanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv

johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv

johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv

johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv

johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv

johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv

Les Arts Martiaux par Johanna Vaude

johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv

 

PROJECTIONS :

2015

> 2015 Présentation du Prix Label Image 2016, Festival Les Passeurs de Lumière, Bannalec, France
> FORUM DES IMAGES, Bibliothèque François Truffaut, Mois du film expérimental et de l’art vidéo, Found footage : séance Johanna Vaude, Paris, France
> LUX, Scène Nationale de Valence, Hybride : court-métrage de Johanna Vaude, Valence, France

2014
> FESTIVAL TAKAVOIR, projections des cartes blanches de Johanna Vaude pour Blow Up, Nior, France

2013
> MASHUP FESTIVAL, Programme Blow Up, Forum des Images, Paris, France

Oeil_10

L’Amherst College fait l’Acquisition de « L’oeil sauvage » / Massachusetts, USA

L’Amherst College a fait l’acquisition de « L’oeil sauvage » pour sa collection privée, Massachusetts, USA. A cette occasion, Johanna Vaude a été invitée à présenter son travail aux étudiants du Hampshire College (USA). Cette rencontre a été organisé sous la direction de Baba Hillman à Paris.

Amherst College has purchased « L’oeil sauvage » for its private collection in Massachusetts, USA. To mark the occasion, Johanna Vaude was invited to present her film work to students at Hampshire College. This meeting was organised by Baba Hillman in Paris.

LittleWhiteLies

Little White Lies Magazine – London / UK

Little White Lies Magazine – London / UK ')">

 

I turn home – Kubrick par Johanna Vaude

I turn home – Kubrick par Johanna Vaude

I turn home - blow up arte

Time : 5 : 27 min
Editing & soundtrack : Johanna Vaude
Production : Blow up Arte / Camera Lucida
Original format : digital
Copies : Mini DV, Béta SP Pal…
Distributor : Blow Up Arte – Camera Lucida

 

Résumé : « I turn home » est un voyage existentiel à travers notre monde tenu par les pouvoirs qui génèrent les guerres, les souffrances et les destructions. Le film propose une échappée à ce scénario : lever notre regard au-delà, explorer d’autres mondes et espaces, élargir sa conscience, ne pas craindre la mort…

Technique : réalisation à partir des films de Stanley Kubrick retravaillés numériquement (cache, colorimétrie, surimpressions).
Infos : « I turn home » est une commande pour le webzine de Blow Up (l’actualité du cinéma ou presque) sur Arte tv.

Synopsis : « I turn home » is an existential journey through our world controlled by powers generating wars, sufferings and destructions. The film suggests a way out of this scenario : looking beyond, exploring other worlds and spaces, enlarging our awareness, being not afraid of death…

Technique : Based on Stanley Kubrick’s filmography, edited and digitally re-worked (changes in tone and colour, double exposure…)
To know more : « I turn home » is a film commissioned by Blow Up, the new cinema webzine on Arte tv.

 Poem :

When the blazing sun hangs low in the western sky,
When the wind dies away on the mountain,
When the song of the meadowlark turns still,
When the field locust clicks no more in the field
And the sea-foam sleeps like a maiden at rest,
And twilight touches the shape of the wandering earth,
I turn home.
Through blue shadows and purple woods,
I turn home.
I turn to the place that I was born,
To the mother that bore me and the father that taught me
Long ago, long ago.

Alone am I now, lost and alone
In a far wide wandering world.
Yet still, when the blazing sun hangs low,
When the wind dies away and the sea-foam sleeps
And twilight touches the wandering earth,
I turn home,
I turn home,
I turn home.

Spartacus by Stanley Kubrick – 1960 –

PLAYER ARTE

PHOTOS :

Click to enlarge / Cliquez pour agrandir…

Johanna Vaude blow up arte ufo-dreams-johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv I turn home - blow up arte ufo-dreams-johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv I turn home - kubrick ufo-dreams-johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv ufo-dreams-johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv i turn home - johanna vaude I turn home - blow up arte

PROJECTIONS :

2015

> FORUM DES IMAGES, Bibliothèque François Truffaut, Mois du film expérimental et de l’art vidéo, Found footage : séance Johanna Vaude, Paris, France
> LUX, Scène Nationale de Valence, Hybride : court-métrage de Johanna Vaude, Valence, France

> LES RENCONTRES DU FILM D’ART, Narration déconstruite, Carte blanche à Simone Dompeyre, Cinéma Le Régent, Arles, France

2014
> FESTIVAL TAKAVOIR, projections des cartes blanches de Johanna Vaude pour Blow Up, Nior, France

2013
> LES PASSEURS DE LUMIERE Focus Johanna Vaude : carte blanche sur Blow Up Arte, curator : Michel Dupuis – Bannalec, France
> LUX, Scène Nationale de Valence Focus Johanna Vaude : Hybride – No limits for vision, curator : Catherine Rossi-Batôt – Valence, France

2012
> Festival VIDEOFORMES, Prix de la Création Vidéo et séance jeune Public, Clermont-Ferrand, France
> CINEMA LE CRATERE, curator : Simone Dompeyre, Toulouse, France
> Festival Traverse Vidéo, Projection au GAUMONT WILSON, Toulouse, France
> Vidéoformes Preview, La Péniche Cinéma, Paris, France

2011
> FESTIVAL SILHOUETTE, Sélection officielle, Paris, France
> LES TROIS BAUDETS, Le langage des viscères XVII, curator : Amine Boucekkine, Paris, France
> « Hybridation, détournement et miroir », LE CAFE CENTRAL, curator : JM Fernandez, Bruxelles, Belgique
> Programmation Blow Up / Arte tv, Villa Arson, L’éclat Cinéma, Nice, France
> Vidéoformes Preview, La Péniche Cinéma, Paris, France

UFO Dreams

UFO Dreams - Johanna Vaude

Time : 06 : 00 min
Soundtrack : Johanna Vaude
Original format : Quick Time
Copies : Mini DV, Béta SP Pal…
Distributor : Blow Up Arte – Camera Lucida

 

Résumé : « UFO Dreams » est une expérience visuelle et sonore autour du mythe moderne des Ovnis. Une rêverie au milieu des étoiles, des ovnis et des extra-terrestres…

Technique : réalisation à partir de modélisation 3D et d’extraits de films de science-fiction extraterrestre montés et retravaillés numériquement (cache, colorimétrie, surimpressions, effets spéciaux…).
Infos : « UFO Dreams » a été créé à l’occasion d’une carte blanche pour Blow Up Arte, le nouveau Magazine Web Cinéma sur Arte tv.
Johanna Vaude a été interviewé par la Festival Silhouette à propose de ce film. Voir l’interview vidéo.

Synopsis : « UFO Dreams » is a sound and visual experience about UFO’s and Aliens modern myth. A dream into stars, UFO and Extra-Terrestrial mind…

Technique : Starting from 3D modelization, extract from science-fiction films about alien, edited and re-worked in DV (special effects, double exposure, changes in tone and colour in DV sequences…).
To know more : « UFO Dreams » was created specialy for a carte blanche on Blow Up Arte, the new cinema webzine on ARTE TV (The French German TV Channel).
Johanna Vaude was interviewed by the Silhouette Film Festival about this film. Watch the video.

Click to enlarge / cliquez pour agrandir…

ufo-dreams-johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv ufo-dreams-johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv ufo-dreams-johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv ufo-dreams-johanna-vaude-blow-up-arte-mashup-experimental-film_14ufo-dreams-johanna-vaude-blow-up-arte-mashup-experimental-film_04 ufo-dreams-johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv ufo-dreams-johanna-vaude-camera-lucida-productions-blow-up-arte-tv ufo-dreams-johanna-vaude-blow-up-arte-mashup-experimental-film_12ufo-dreams-johanna-vaude-blow-up-arte-mashup-experimental-film_11ufo-dreams-johanna-vaude-blow-up-arte-mashup-experimental-film_07ufo-dreams-johanna-vaude-blow-up-arte-mashup-experimental-film_08ufo-dreams-johanna-vaude-blow-up-arte-mashup-experimental-film_birth-09

 

PROJECTIONS

2015
> FESTIVAL SILHOUETTE, Focus : Le chant de la terre, Parc de la Butte du Chapeau Rouge, Paris, France
> VILLA ARSON, conférence / rencontre avec les étudiants dans le cadre du GREV (groupe de recherche et d’experimentations visuelles), Nice, France
> LUX, Scène Nationale de Valence, Hybride : court-métrage de Johanna Vaude, Valence, France

2013
> LES PASSEURS DE LUMIERE Focus Johanna Vaude : carte blanche sur Blow Up Arte, curator : Michel Dupuis – Bannalec, France
> LUX, Scène Nationale de Valence Focus Johanna Vaude : Hybride – No limits for vision, curator : Catherine Rossi-Batôt – Valence, France

2012
> AIVA FESTIVAL Carte blanche à VIDEOFORMES, curator : Gabriel Soucheyre – Finspång, Suède
> BIG MUDDY FILM FESTIVAL Sélection officielle – Illinois, USA

2009
> CINEMATHEQUE FRANÇAISE
« Emergences des styles numériques, une approche physique » – Paris, France
> FESTIVAL SILHOUETTE, Sélection officielle, projections au parc des Buttes Chaumont – Paris, France
> VIDEOFORMES, Focus Johanna Vaude, curator : Gabriel Soucheyre – Clermont-Ferrand / France
> LA PENICHE CINEMA – VIDEOFORMES PREVIEW, curator : Gabriel Soucheyre – Paris / France
> BLOW UP ARTE, Carte blanche à Johanna Vaude – Internet world

Hypnotic

Hypnotic par Johanna Vaude

Time : 7 min
Soundtrack : Inspired by Micromega – Blue Planet Corporation
Original format : Archives 35mm
Copies : Mini DV, Béta SP Pal

Résumé : lumières, vitesses, formes, couleurs, énergies, atomes… Hypnotic est un voyage graphique à l’intérieur de la fête entrevue comme une danse psychique.

Technique : Réalisation à partir de films d’archives documentaires filmés en 35mm. Plans lumineux montés et retravaillés numériquement (cache, colorimétrie, surimpressions, illusions d’optiques…).
Infos: Hypnotic a été réalisé spécialement pour l’installation « Film d’Attraction » de Dominique Gonzalez-Foerster, diffusé sur un grand écran LED à l’entrée de la Foire aux Plaisirs de Bordeaux pour Evento. Hypnotic a également été sélectionné par le Festival Silhouette pour sa programmation « Hybride »

Synopsis : lights, speeds, forms, colors, energies, atoms… Hypnotic is a graphic trip into party and created like a psychic dance.

Technique : Based on documentaries and archives films. Edited and re-worked in Final Cut (special effects, double exposure, optical illusions…)
To know more : Hypnotic was realized specially for the installation « Film d’Attraction » created by Dominique Gonzalez-Foerster and showned on a giant LED screen at the entrance to the “Foire aux Plaisirs” funfair in Bordeaux during Evento. Hypnotic was also selected by the Silhouette Film Festival based in Paris.

Click to enlarge / cliquez pour agrandir…

Evento_01

Evento_03 Evento_04 Evento_05 Evento_12 Evento_20  Evento_06 Evento_19Evento_14 Evento_11

PROJECTIONS :

2010 > FESTIVAL SILHOUETTE, Sélection Hybride, Paris, France

Bref_88

Bref 88 – Impressions par Raphaël Bassan

Bref 88

Impressions par Raphaël Bassan – La petite collection de Bref

Cliquer pour agrandir…

*Cover + review & DVD*Click to enlarge…Bref 88Impressions de Johanna Vaude par Raphaël Bassan La petite collection de Bref 88

Bref  n°88 : « Impressions de Johanna Vaude » par Raphaël Bassan in Bref #88- Juillet-Août 2009, p.29

Il y a 55 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 55 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 55 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 55 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 55 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 55 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.

Impressions

Time : 14 min
Soundtrack : NOOR (…)
Original format : Mini DV
Copies : Mini DV, Béta SP Pal

Résumé : « Impressions » est un voyage esthétique partant de l’imagerie des portraits de personnalités filmées par le cinéaste Gérard Courant. Le film prend appuie sur ce fond cinématographique pour explorer le thème du portrait sous divers aspects et nous expose à de multiples univers de formes, de couleurs, de rythmes et d’identités…

Technique : Réalisation à partir des « Cinématons » de Gérard Courant : séries de portraits tournés en Super 8 depuis 1978. Hybridation de films Super 8, compressions Mpg, téléphone portable et images tournées en vidéo numérique.
Infos : Le film « Impressions » est édité en DVD pour la petite collection de Bref, le magazine du court-métrage, aux éditions Chalet Films accompagné d’un article de Raphaël Bassan. Une photo du film fait la couverture du numéro BREF 88 (Lire l’article…)

Synopsis : « Impressions » is an aesthetic journey based on portraits of personalities filmed by the french film-maker Gérard Courant. The resulting film investigates the subject of the portrait under various aspects : universes of forms, colours, rhythms and identities…

Technique : Based on Gérard Courant ‘s « Cinématon ». Series of portraits filmed in Super 8 since 1978. Hybridization of mixed Super 8 films, Mpg compressions, phone cell, and digital shooting. Edited and re-worked in Final Cut (special effects, double exposure…).
To know more : The film « Impressions » is edited in DVD by the french magazine BREF available on Chalet Films. An article from Raphaël Bassan is also edited on BREF #88 (Read the review)

Click to enlarge / cliquez pour agrandir…
impressions-johanna-vaude-cinematon-gerard-courant-super-8-film-jazz-bref-magazine-joseph-losey_04 impressions-johanna-vaude-cinematon-gerard-courant-super-8-film-jazz-lou-castel_01 impressions-johanna-vaude-cinematon-gerard-courant-super-8-film-jazz_03impressions-johanna-vaude-cinematon-gerard-courant-super-8-film-jazz_06impressions-johanna-vaude-cinematon-gerard-courant-super-8-film-jazz-pop-art-videoimpressions-johanna-vaude-cinematon-gerard-courant-super-8-film-jazz-pop-artimpressions-johanna-vaude-cinematon-gerard-courant-super-8-film-jazz-modern-paintingimpressions-johanna-vaude-cinematon-gerard-courant-super-8-film-jazz-luc-lagier_01impressions-johanna-vaude-cinematon-gerard-courant-super-8-film-jazz_pop-art-modern-paintingimpressions-johanna-vaude-cinematon-gerard-courant-super-8-film-jazz-cubismeimpressions-johanna-vaude-cinematon-gerard-courant-super-8-film-jazz-marie-riviere_02impressions-johanna-vaude-cinematon-gerard-courant-super-8-film-jazz-manuel-de-oliveira_05
PROJECTIONS :

2009
> FESTIVAL SILHOUETTE, Sélection Hybride, Paris, France

corpscouleurs

Corps et Couleurs – « L’hybride » par Bernard Andrieu

Corps et Couleurs

« L’hybride » par Bernard Andrieu

  Cliquer pour agrandir

 Click to enlarge…
Corps et Couleurs Corps et Couleurs Johanna Vaude Corps et Couleurs

« L’hybride » par Bernard Andrieu in Corps & Couleurs, CNRS éditions, dir. Pascal Blanchard, Gilles Boëtsch, Dominique Chevé, page 138-147, 2008

Corps_et-Couleurs_72dpi
Il y a 46 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 46 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 46 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 46 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 46 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 46 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 46 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 46 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 46 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.

bref81

Bref 81 – « Exploration de Johanna Vaude » par Rodolphe Olcèse

Bref 81

« Exploration de Johanna Vaude » par Rodolphe Olcèse (english below)

Cliquer pour agrandir // Click to enlarge…
Bref 81 Johanna Vaude
« Exploration de Johanna Vaude » par Rodolphe Olcèse in Bref  n°81- Janvier-avril 2008 , p.60

 

Johanna Vaude’s “Exploration”

By Rodolphe Olcèse 

Let us first introduce Johanna Vaude’s film with a small lexical information. Emile Littré’s dictionary, a positivist of the 19th century and a great thinker of the language, gives two meanings to the word “Exploration”. The first one, which has to do with the discovery of unexplored territories, is familiar. The second one comes from the medical vocabulary. The doctor carries out an exploration when he examines the symptoms of a sickness or looks for an ulcer. Then it is not by accident that Johanna Vaude, in this hybridization exercise called “Exploration”, appeals to the scientific and medical imagery.

The movement that the filmmaker/visual artist wants to achieve with this starting point is huge. It is a matter of going from the microscopic to the macroscopic, and to let see, in a sense, a kind of polymorphic abstraction, whatever contradictory this expression may appear. As a matter of fact it is one thing to be abstract when too tiny to be observed in its immediate presence, and another one when the immensity (for instance of the starry space) makes the forms on which our eyes open every day disappear. In accomplishing this movement from the cells to the stars, Johanna Vaude leads us, through pyrotechnics and explosives images associated with a soundtrack where the very pulsation of the film is to be heard, to this fiction that science never stopped nourishing, confirming after “Samouraï” (Samurai) and “De l’Amort” (Love & Death) that her work, with its particular demand and its sense of confrontation, must be understood as a tribute to genre cinema.

It is also necessary to distinguish the dimension of the tears that secretly inhabit the verb “to explore”. Referring again to the “Littré” dictionary, its Latin etymology – ex-plorare – invites thereto. It is a way to confirm that in the exploration, our eyes and glances are at stake. Tears run down and cover a distance. Exploration, where liquidity has an obvious place, is also a long flow, and tries to suggest something like a meeting that becomes, as any meeting may be in the future, power of procreation and novelty, as such heartrending. It is beautiful that we can see there an allegory of filmmaking, increased, possibly, by the lucidity of tears.

Exploration, 2006, mini dv, colour, 18 mn 45.

Réalisation et son : Johanna Vaude.

—————

Exploration de Johanna Vaude

Par Rodolphe Olcèse

Qu’il soit permis d’introduire le film de Johanna Vaude par une petite indication lexicale. Le dictionnaire d’Émile Littré, positiviste du XIXe siècle et grand penseur de la langue, donne deux sens au terme “exploration”. Le premier, qui a à voir avec la découverte de territoires inconnus, nous est familier. Le second est emprunté au vocabulaire médical. Le médecin procède à une exploration lorsqu’il examine les symptômes d’une maladie ou cherche à découvrir un ulcère. Ce n’est sans doute pas un hasard, donc, si Johanna Vaude en appelle, dans cet exercice d’hybridation qu’est Exploration, à l’imagerie scientifique et médicale.

Le mouvement que la cinéaste plasticienne veut accomplir en se proposant un tel point de départ est vaste. Il s’agit en effet de passer du microscopique au macroscopique, et de donner à voir, en un sens, une certaine polymorphie de l’abstraction, toute contradictoire que cette expression puisse paraître. C’est une chose en effet que d’être abstrait parce que trop minuscule pour être observé dans l’immédiateté de sa présence, et c’en est une autre de l’être parce que l’immensité (de l’espace étoilé notamment) fait disparaître les formes sur lesquelles nos yeux s’ouvrent quotidiennement. En accomplissant ce mouvement qui va des cellules aux étoiles, Johanna Vaude nous fait passer, par des images pyrotechniques et explosives, associées à une bande-son où s’entend la pulsation même du film, à cette fiction que la science n’a cessé de nourrir, confirmant, après Samouraï et De l’amort, que son œuvre, avec son exigence singulière et son sens de l’épreuve, se doit comprendre comme un hommage au cinéma de genre.
Il faut distinguer encore la dimension des larmes qui secrètement habite le verbe explorer. Selon Littré encore, son étymologie latine –  ex-plorare – y invite. C’est une manière de confirmer que dans l’exploration, il y va de nos yeux et de notre regard. Les pleurs coulent et franchissent une distance. Exploration, où la liquidité a une place manifeste, est pareillement un long écoulement, et s’efforce de suggérer quelque chose comme une rencontre qui soit, comme toute rencontre peut le devenir, puissance d’engendrement et de nouveauté, comme telle déchirante. Il est beau que nous puissions y voir une allégorie de la pratique cinématographique, grandie, possiblement, de la lucidité des larmes.

Exploration, 2006, mini dv, couleur, 18 mn 45.
Réalisation et son : Johanna Vaude.


cahiersCinema

Cahiers du Cinema Espana – Icaro in la intimidade by Gonzalo De Pedro

Cahiers du Cinema Espana

« Icaro in la intimidade » by Gonzalo De Pedro (french and english translation below)

Click to enlarge // cliquer pour agrandir...
Cahiers du Cinema Espana - johanna vaude

« Icaro in la intimidade » by Gonzalo De Pedro in Les Cahiers du Cinéma Espagnol N°10 , 20 mars 2008, page 69

 

ICARE DANS L’INTIMITÉ

Traduit de l’espagnol par Eric L. Sendra

Les images. Et le monde aussi.  Le cinéma expérimental, centré dans l’exploration visuelle et dans la rénovation des images, pourrait courir le risque de tourner le dos au monde qui l’entoure. À force de ne se regarder que lui-même, de regarder ses référents et d’oublier tout ce qui habite par-delà la pellicule. Ce n’est donc pas un hasard si Nicole Brenez, dans son programme Le monde à l’envers où cohabitent les premières avant-gardes et le cinéma expérimental le plus contemporain, a sélectionné des films à fort caractère politique et social. Des travaux qui n’aspirent pas uniquement à mettre à l’envers des images mais aussi la façon dont elles se mettent en relation avec le monde et les spectateurs dans un ménage à trois où aucun de ces éléments ne peuvent disparaître : les images, le monde, et le spectateur. Des travaux qui aspirent non seulement à élaborer un nouveau cinéma, mais aussi à perturber la manière dont celui-ci regarde le monde.

Dans son travail le plus récent et le plus controversé, Pó de estrellas le réalisateur galicien Alberto Pagrán se sert d’images quotidiennes extraites de différents médias pour construire une avalanche visuelle qui confronte le spectateur à sa consommation irrationnelle d’images qui composent notre quotidien, en le soumettant à un torrent insupportable de stimuli sonores et visuels extraits de journaux télévisés et de bandes annonces publicitaires. 

Notre Icare de Johanna Vaude, suit une stratégie similaire, sans sortir lui non plus des paramètres du cinéma expérimental : provoquer une réflexion à travers l’affrontement, à propos de la consommation de la violence dans les médias audiovisuels.
Comment sommes-nous arrivés à considérer la violence, la douleur, le massacre, comme une partie intégrante de plus du discours audiovisuel, du loisir et de la consommation ? Où se trouve la réflexion des limites de la représentation ? Où sont les éloquents silences qu’accompagnent les travellings de Nuit et Brouillard ( Alain Resnais, 1955) ?
Le travail de Vaude, centré à ses origines sur l’expérimentation matériel du support filmique, acquiert dans ce court-métrage une nuance clairement politique et idéaliste.  À l’ avalanche d’images violentes et de snuffs, extraites de vieilles VHS, s’oppose le voyage d’Icare sans ailes à travers un monde de celluloïd abstrait, travaillé visuellement comme une toile en mouvement.
Il s’agit en réalité du rêve d’un personnage qui, fatigué de la violence audiovisuelle à laquelle il est confronté, ferme les yeux et pénètre dans un monde où les images, étant un peu plus qu’un produit de consommation, ont préféré perdre leurs référents réels plutôt que de jouer avec la douleur et la violence.
Des mots mêmes de sa réalisatrice :
« C’est un cri désespéré. Je m’adresse à ce qu’il y a de plus intime car j’espère que quiconque verra ce film se sentira engagé. Mon film est idéaliste, bien sûr, mais je veux parler à chacun d’entre nous et de chacun de nous à tous. Je sais bien que je ne vais pas changer le monde, mais je fais ce que je peux. Je dis aux spectateurs : Levez-vous, nous sommes meilleur que tout cela ! » Le vol d’Icare à travers un monde composé exclusivement de photogrammes abstraits, peints à la main et travaillés au détail près, fonctionne comme un hymne à l’utopie, une invitation à la puissance du cinéma pour créer des espaces de beauté, de transgression et d’amour dans un monde complexe.

Perfect Day (2007), de l’artiste visuel Ange Leccia, pourrait être la réponse au court – métrage antérieur (…)  

ICARUS INTIMATE

by Gonzalo De Pedro 

Images. And the world also. Experimental cinema, centred on visual exploration and renovation of images, could run the risk of turning the back on the surrounding world by dint of looking at itself and at its referents and of forgetting all that exists beyond it. It is not by accident if in her program “The world inside out”, where the first avant-gardes and the most contemporary experimental cinema live together, Nicole Brenez selected films with strong political and social character. Such works tend to put inside out not only the images, but also the way they relate with the world and the spectators in a ménage à trois where none of these elements can disappear: the images, the world, and the spectators. These works have the ambition not only to elaborate a new cinema, but also to disturb the way it looks at the world.

In his most recent and controversial work, “Pó of estrellas”, the Galician director Alberto Pagrán makes use of daily images taken from various media to build a visual avalanche which, by submitting the spectator to an unbearable torrent of sound and visual stimuli extracted from television news and trailers, confronts him with the irrational consumption of images composing his everyday life.

Johanna Vaude’s « Notre Icare » follows a similar strategy to achieve the purpose of the experimental cinema, which is to lead, through confrontation, to a reflection on the consumption of violence in the audiovisual media.
How did we manage to consider violence, pain and slaughter as an integral part of the audiovisual scene and of the leisure and consumption activities? Where is the reflection on the limits of the representation? Where are the eloquent silences accompanying the tracking shots of Alain Resnais’ “Nuit et Brouillard” (1955)?
Johanna Vaude’s work, originally centred on the cinematic support as an experimental material, acquires in this short film a clearly political and idealistic nuance.
Opposing the avalanche of violent images and snuffs extracted from old VHS, this is the journey of an Icare without wings through a world of abstract celluloid, worked visually as a painting in movement.
It is really about the dream of a man who, tired of the audiovisual violence to which he is confronted, closes his eyes and penetrates into a world where images, being a little more than consumables, lose their real referents rather than play with pain and violence.
According to the filmmaker, it is a cry of despair: “I appeal to the most intimate since I hope that whoever will see this film will feel committed. My film is of course idealistic, but I want to speak to each of us and of each of us. I know very well that I am not going to change the world, but I do the best I can. I tell the spectators: Get up, we are better than all this!  »

The flight of Icarus through a world consisting exclusively of abstract photograms, hand painted in minute detail, works as an hymn to utopia, an invitation to the power of cinema to create spaces of beauty, transgression and love in a complex world.


Perfect Day
(2007), of the visual artist Angel Leccia, could be the answer to this short film (…)

HYBRIDE DVD

« Pioneer of the rebirth French avant-garde cinema of recent years »Stefano Masi, Pesaro Film Festival
« La reconnaissance de cette jeune cinéaste, qui mélange éléments graphiques et cinéma de l’intériorité, donne une visibilité à toute sa génération » – Raphaël Bassan, Une encyclopédie du court-métrage français

« Johanna Vaude est cinéaste, vidéaste, plasticienne, analyste et historienne. Elle s’inscrit spontanément dans cette tradition des artistes historiens qui écrivent l’histoire de leur art aussi bien en images et sons qu’en textes littéraires : Peter Kubelka, Paul Sharits, Malcom Le Grice, Rose Lowder, Peter Tscherkassky (…) » – Nicole Brenez, Livret DVD Hybride

6 Film(s), 2 Bonus Film(s), Interviews, runtime 82 minutes, PAL/NTSC, ALL ZONES, stereo, 4:3
Hybride_DVD1

(English below)

Le DVD HYBRIDE rassemble une sélection de six films de Johanna Vaude : L’oeil sauvage, Notre Icare, Samouraï, Totalité remix, De l’Amort et Exploration. Chaque film développe son propre langage, sa thématique, et nous introduit dans des univers sensoriels singuliers où l’hybridation des médias et des techniques utilisés (mélange de peinture sur pellicule, images de synthèses, 3D, photos, films Super 8 et vidéo numérique) nous offre des images d’une poétique inattendue. Avec sa démarche très particulière de l’hybridation la cinéaste a renouvelé un genre qui brouille les frontières entre les domaines souvent cloisonnés du cinéma expérimental, de l’art vidéo, de l’animation et de la photographie et donne à réfléchir sur l’inventivité et les possibilités du cinéma expérimental contemporain.

DVD disponible chez Lowave

The Hybrid DVD assembles a selection of six films by Johanna Vaude : L’oeil sauvage (Wild Eye), Notre Icare (Our Icarus), Samouraï (Samurai) , Totalité Remix (Totality remix), De l’Amort (Love and Death), and Exploration. Each film contains its own language, its own theme, and submerges us in unique worlds where the hybridation of different types of media and techniques used presents us with unexpected poetic imagery. The diversity of the subjects and types of techniques contained in her films (mixture of painting on film, synthetic images, 3D, photos, Super 8 films, and digital video) encourages us to think about the inventiveness and possibilities of contemporary experimental cinema.

DVD available on Lowave website…

COLLABORATIONS WITH MUSICIANS ON THE « HYBRID » DVD :

TurbulencesVideo

Turbulences vidéos 56 – Johanna Vaude/Lowave : DVD « Hybride » par Bidhan Jacobs

Turbulences vidéos 56

« Johanna Vaude/Lowave : DVD « Hybride » » par Bidhan Jacobs

 

lowaveJohanna Vaudeturbulences videoslowavelowave bidhan jacobsJohanna Vaudebidhan jacobsturbulences videos 56 bidhan jacobslowave dvd lowve bidhan jacobslowavejohanna vaude bidhan jacobs
« Johanna Vaude/Lowave : DVD « Hybride » » par Bidhan Jacobs in Turbulences vidéo #56 – juillet 2007, p. 18 – 29

Johanna Vaude/Lowave : DVD « Hybride »
Par Bidhan Jacobs.

Lowave est un label indépendant, créé en 2002 par Marc Horchler et Silke Schmickl, proposant une très large palette de films internationaux récents et actuels faits sur divers supports, capable de promouvoir des artistes encore peu connus à ce jour mais situés à la pointe avancée de la création audiovisuelle. Son objectif est de rendre ces films accessibles à un large public, grâce au support numérique du DVD. Le riche postulat théorique de décloisonnement joint à la radicalité et à la sûreté des choix de ce label en font l’un des audacieux au monde.
Johanna Vaude est une jeune artiste née en 1975 qui a débuté par la peinture, le dessin, la photo, la poésie avant de verser dans le cinéma expérimental durant ses études en arts plastiques à Paris I – St Charles et d’y transposer et fusionner ses pratiques de plasticienne. Grande exploratrice des médias, visionnaire douée d’une érudition transversale à l’histoire de l’art, technicienne virtuose et créatrice de formes nouvelles et puissantes, elle représente le fleuron de la toute jeune avant-garde française défrichant un territoire sans cesse en expansion pour le cinéma.
L’édition aujourd’hui par Lowave du DVD monographique « Hybride » consacré à Johanna Vaude est le fruit d’une collaboration logique. Un DVD contaminé par l’œuvre, magnifique, sans concession, qui exploite toutes les possibilités qu’offre ce support industriel, invite le spectateur à y plonger, glaner des pépites à chaque instant et tomber par hasard sur un trésor caché.
Une interview nécessaire, placée sous le signe de la mutation multiple, vendredi 23 mars 2007 chez Lowave, avec Johanna Vaude, Silke Schmickl et Marc Horchler.

Mutation multimédia d’une cinéaste en évolution…

Bidhan Jacobs : Je sais qu’à chaque fois que vous éditez un DVD monographique sur un cinéaste, vous le conceviez point par point avec lui. Racontez-moi l’histoire de ce DVD…

Silke Schmickl : Nous avons découvert le travail de Johanna Vaude au mk2 Beaubourg, en janvier 2005, au cours d’une séance monographique des programmations d’Hugo Verlinde. Nous avons apprécié tout de suite son travail. Mais au début, nous étions un peu hésitants, à cause de la musique, pour dire toute la vérité…

Johanna Vaude : Il y avait plusieurs musiques différentes puisque j’utilisais des musiques déjà préexistantes sur tous les films que je faisais.

S.S. : Si tu veux, en terme d’édition, il fallait obtenir ces droits-là et ça aurait été très difficile. De plus, nous trouvions que ses films apparaissaient un peu comme une illustration de ces musiques. Ils avaient des images tellement fortes qu’ils méritaient aussi leur propre musique. Mais c’est comme ça que nous l’avons connue. Nous avons suivi de près son travail et finalement rencontrée…

J.V. : Je m’en souviens bien, je ne vous connaissais pas encore à l’époque : c’est Nicole Brenez qui m’avait parlé de vous. Je vous avais écrit pour mon DEA/MASTER 2 sur l’hybridation, il y a presque deux ans. Et c’est à ce moment-là que tu m’as dit, Silke, que vous aviez déjà vu mes films. C’est comme ça que nous nous sommes connus. A l’époque, je pensais déjà faire refaire les musiques de mes films, nous en avons parlé, c’est comme ça que le projet de DVD s’est mis en marche.

S.S. : Nous avons alors beaucoup parlé et décidé de trouver des financements. Nous avons élaboré ensemble un projet global pour le CNC, il y a moins d’un an ; à partir du moment où nous avons décroché la subvention, nous avons commencé à travailler sérieusement ensemble. C’est surtout Johanna qui a fait la sélection des films.

J.V. : J’ai choisi les films qui me semblaient les plus importants et que j’aimais beaucoup, et puis en fonction des films où la musique n’avait pas encore été refaite : L’œil sauvage, Notre Icare, Samouraï, Totalité remix, De l’Amort et Exploration. Hormis les deux derniers films, j’avais réalisé les autres sans penser aux droits musicaux, en faisant ça dans ma chambre, tout simplement, sans penser qu’il y aurait un jour l’édition d’un DVD par Lowave. Je n’étais pas préoccupée par ces choses-là. Petit à petit, à mesure que mes films étaient de plus en plus projetés, je me suis retrouvée confrontée à ces problèmes de droits musicaux. Comme à l’époque je ne connaissais pas de musicien, ça m’a poussé à vouloir en rencontrer et ensuite à faire les musiques moi-même. Et ça, c’était vraiment bien, parce que ça m’a aussi sorti d’une sorte de petite prison que je m’étais fabriquée sans le vouloir. A l’époque où j’ai fait mes premiers films, je ne pensais pas que mon travail pouvait intéresser, on n’était pas encore aussi tourné vers l’expérimental que maintenant.

S.S. : Je pense que les films ont vraiment gagné beaucoup, on s’aperçoit qu’il y a un vrai travail de collaboration entre les musiciens et Johanna, et aussi en terme de DVD, ça donne une nouvelle actualité aux films : l’acheteur du DVD aujourd’hui qui connaît certains films de Johanna va les redécouvrir avec une nouvelle musique. Ca nous paraissait bien aussi, c’était comme une nouvelle création.

J.V. : Oui, une vraie relecture… Et les musiques sont meilleures. Je ne regrette rien du tout parce que les musiciens ont vraiment fait un superbe travail. Je n’ai fait que la musique des deux derniers films parce que je ne suis plus engagée dans la voie que je pratiquais avant, mais j’ai fait retravailler la musique de tous les autres par un musicien différent à chaque film, comme Rémy Laurençon sur Notre Icare et Samouraï.

B.J. : Qu’y a-t-il comme autres éléments dans ce DVD ?

S.S. : Comme à chaque fois nous avons essayé de recréer l’univers de l’artiste. Johanna a voulu participer à l’élaboration des menus, elle a fait des sons spéciaux, des boucles d’images particulières, un entretien en autoportrait qu’elle a fait elle-même et qui correspond vraiment au DVD, une galerie de photogrammes, une biographie/filmographie…

J.V. : Et il y a quatre proses dans le livret parce que j’écris aussi. Et un texte de Nicole Brenez. Nous avons beaucoup collaboré pour l’aspect visuel du DVD, la navigation ; en effet, j’ai travaillé avec le technicien de Lowave, Thomas Lambert, pour l’authoring et le graphisme du DVD : nous avons repris des photogrammes que nous avons manipulés sous Photoshop afin de recréer l’univers de mes films. Pour y parvenir pleinement, nous avons eu l’idée d’intégrer mon écriture dans tous les menus, parce que toutes les écritures d’ordinateur ne me convenaient pas vraiment, ce qui fait aussi le côté hybride à l’image du travail que j’effectue, comme la peinture sur pellicule, mais du côté humain. C’est vraiment hybride à tous les niveaux. Ainsi y a-t-il eu adaptation de toute la technique du DVD à une page d’écriture. J’en suis très contente, parce que au moins ça me ressemble. Et c’est rare de parvenir à un tel résultat… c’est très important que Lowave ai fait en sorte que je sois contente, ils ne m’ont rien imposé, ils m’ont laissé carte blanche. Ca me ressemble, c’est-à-dire que ce n’est pas un DVD standard avec les titres et point barre.

S.S. : C’est en trois langue, français, anglais et allemand ; et il y a encore une face NTSC et une face PAL de manière à pouvoir être lu dans n’importe quel pays.

B.J. : Lors de l’événement à la Cinémathèque française le 7 mars dernier, était-ce pour vous l’occasion de projeter les films de Johanna ou également de faire découvrir le DVD ?

J.V. : Non, nous ne l’avons pas fait, nous avons seulement projeté les films. C’est vrai que nous aurions pu dire comment il avait été fabriqué et montrer comment il était fait. Je n’ai pas pensé à tout ça, mais nous étions alors dans le stress.

S.S. : Nous avons quand même parlé du projet DVD à l’ouverture de la séance mais nous avions aussi prévu une signature et un cocktail après : cette séance consistait avant tout à montrer les films sur grand écran. Nous ne voulions justement pas trop insister sur le DVD.

B.J. : Pour ne pas risquer d’apparaître comme trop commercial ?

S.S. : Disons que nous voulions organiser un événement un peu festif autour du DVD et donner une visibilité à l’œuvre au-delà du DVD. Mais c’était un peu commercial quand même, bien sûr. Nous vendions des DVD sur place… (rires). D’un point de vue général, nous à Lowave nous nous sentons proches de ces démarches hybrides comme celle de Johanna, puisque nous travaillons avec des cinéastes, des vidéastes, même des plasticiens de l’art numérique comme Hugo Verlinde, des artistes qui expérimentent donc différents médias ; la démarche de Johanna est pour nous très emblématique. Nous avions donc envie de montrer une autre facette de son travail, ses poèmes en prose, ses photogrammes dont elle fait parfois des tirages à part, pour montrer que son travail ne se limite pas à une projection de films.

J.V. : Oui, je trouve ça très chouette parce que c’est l’occasion de ne pas me mettre dans une case unique contrairement à ce qu’on veut toujours faire. Cette édition DVD montre plus l’étendue de mon œuvre. Bien sûr, il s’agit des films les plus importants, mais on voit à côté ce qui se déploie aussi, tout un univers bien plus vaste.

B.J. : Dirais-tu que c’est une alternative à ton site ou un complément ?

J.V. : Sur mon site, il y a déjà beaucoup de photogrammes, quelques extraits de films, mais pas les écritures, et il faut quand même dire qu’un site sert plus à présenter succinctement son travail, ce n’est pas fait pour regarder des films par exemple, c’est pour ça que je ne mets en ligne que de petits extraits. Mais oui, c’est complémentaire, tout est complémentaire de toute manière… Je suis contente du DVD parce que c’est un bel objet qui permet de découvrir vraiment tout mon univers.

S.S. : Pour nous l’édition d’un DVD est assez proche d’un catalogue monographique présentant une publication complète avec les textes, les films, les photos ; ainsi nous dépassons la simple sélection de quelques films. Nous aimons prendre le temps de la gestation, de réfléchir comment rendre l’objet le plus complet et le plus hybride possible.

J.V. : Un détail important, c’est qu’il y a quelque chose à trouver sur le DVD, une chose cachée qu’il faut découvrir seul, qu’il faut chercher. C’était quelque chose dont j’avais vraiment envie qui procède à la fois du simple amusement de dissimuler quelque chose, mais aussi d’une démarche qui me correspond. Mais, je laisse le suspense…

B.J. : C’est « hybride » et pas « hybridation »… pourquoi ?

S.S. : Il fallait donner un titre percutant qui frappe l’imagination, un titre qui en plus fonctionne dans les trois langues, anglais, français et allemand.

J.V. : « hybride » a l’avantage d’être plus court et plus concis et ça peut faire penser aussi à une personne « hybride », cela correspond à ce que je fais dans ma démarche, des films hybrides qui ne rentrent pas dans le cadre « art vidéo » ou « cinéma expérimental » pur ou « animation », je suis un peu entre tout ça. Je me dis « cinéaste », mais bon je préfère « artiste ».

S.S. : Je préfère la notion d’ « auteur » parce que certaines personnes sont considérées comme artistes et d’autres non alors qu’ils ont des créations aussi importantes mais pas de galerie ou d’agent artistique, du coup ils ne sont pas forcément « artistes » parce que pas reconnus par le marché de l’art et la société. J’aime la notion d’auteur, de quelqu’un qui a quelque chose à dire, qui peut aussi bien travailler avec l’écriture, la pellicule ou la photo, j’aime beaucoup cette idée-là.

Mutations en profondeur d’un support industriel…

B.J. : Marc, quel a été ton rôle dans la création de ce DVD ?

Marc Horchler : Thomas Lambert et moi avons beaucoup travaillé sur la partie authoring. Avec les films de ce genre, il est très important de vérifier la conversion de l’image en format DVD. Nous avons été obligés de refaire le DVD plusieurs fois parce qu’au début ça n’allait pas du tout. Avec les films expérimentaux en général et ceux de Johanna Vaude en particulier, il faut faire très attention à la compression afin qu’elle soit de la meilleure qualité possible. Là il n’y a vraiment aucun plan des films typiques de fictions ou documentaires pour lesquels on peut prendre le Master et le compresser directement et sans problème en mpeg2. Dans les films de Johanna tout est très composé, composite et sophistiqué, c’est un véritable défi technique à relever. Il faut vérifier minutieusement, image par image, qu’il n’y ait aucun défaut, des drops, ou toutes sortes de problèmes liés à la compression. Cela nécessite d’adapter totalement la technique de la compression à ces films, c’est-à-dire inventer presque une compression image par image, une compression « à la main », recompresser certaines images ou certaines petites séquences selon des méthodes différentes, ajustées, de manière à obtenir un rendu visuel parfait, identique à l’œuvre originale. Il faut penser en plus que cela devait être fait pour le PAL et le NTSC.

S.S. : C’est vrai que c’est vraiment très important sur ces films expérimentaux parce que le milieu est toujours réticent à l’édition DVD. C’est dans notre intérêt de travailler le plus précisément possible, très proprement, dans le respect et l’intégrité de l’œuvre.

J.V. : Pour ce DVD, le résultat est extrêmement satisfaisant et fidèle à mon travail. D’après ce que Thomas Lambert m’a expliqué, le DVD est vraiment très lourd, il est à la limite de ce que le support peut contenir et de ce qu’un lecteur peut lire. Vous avez fait des compressions de manière à ce que cela soit le moins compressé possible pour obtenir la meilleure image, la plus riche possible, qu’elle comporte le maximum de détails, cela se passe au niveau du pixel, et du coup les fichiers sont très lourds. C’était ça le tour de force aussi. J’ai bien sûr supervisé cette phase de l’élaboration du DVD, vérifié la définition de l’image.

M.H. : Quand on regarde un film de fiction et qu’il y a un léger problème de compression pendant une seconde, ce n’est pas forcément très grave parce qu’on suit l’histoire, par la narration et par les dialogues. Tandis qu’avec les films de Johanna la narration passe par l’image, elle est d’abord plastique. Chaque image compte, chaque image doit être parfaite. Bien sûr, un DVD est un produit qui est fait avant tout pour être regardé à la maison et pas en projection mais il faut penser que ça peut aussi être le cas. Il faut faire des compromis sans se compromettre et sans compromettre l’image. J’ai regardé les films cent fois afin d’être sûr de l’image et pareil pour le son bien sûr qui a constitué un travail à part entière. Il faut veiller à ce que cela puisse passer sur n’importe quelle télévision. On ne peut, bien sûr, contrôler ce que les gens disposent comme matériel chez eux… On se heurte à une limite qui est celle du matériel audiovisuel du spectateur ; si par exemple, le poste de télé n’a pas de bon rendu de couleurs, tu ne peux rien faire.

B.J. : Est-ce que ce vous disiez lors d’un forum numérique de Vidéoformes 2005, que vous éditiez vos DVD à 2000 exemplaires, est toujours d’actualité ?

S.S. : Au début, quand nous étions encore très optimistes, nous tirions à 2000 pour quelques titres, maintenant c’est plutôt 1000 exemplaires à la fois. Cependant, nous procédons parfois à des rééditions de quelques titres, mais ce n’est pas viable de tirer tout de suite à 2000 : il faut les stocker et ce n’est pas facile de les vendre. Surtout en ce qui concerne les monographies, vu que nous travaillons surtout avec de jeunes artistes qui commencent à être connus, mais qui ne sont pas des superstars, ou pas encore. Nous voulons contribuer à lancer des artistes, notamment à l’étranger. Je suis sûr que ce DVD sera une excellente chose pour Johanna puisqu’il est distribué en Allemagne, en Suisse, aux Etats-Unis où elle est déjà un peu connue, mais cela lui donnera une plus grande visibilité. Le DVD permet une circulation des œuvres. Les ventes se font par l’intermédiaire des librairies des musées en général, les Ecoles d’art, mais aussi sur Amazon. En Allemagne c’est un autre distributeur qui vend pour nous. Beaucoup de particuliers les achètent. Il y a de tout. Une fois que le DVD est sorti, nous essayons généralement d’exporter le programme pour qu’il soit projeté dans d’autres lieux à travers le monde.

Tout est hybride…

B.J. : Johanna, mardi 20 mars dernier, je suis allé à la conférence-projection de Katerina Thomadaki et Maria Klonaris à la Cinémathèque universitaire de Paris 3. J’ai été frappé par le fait que leur travail s’ancrait totalement dans cette notion d’hybridation, qu’elles revendiquent même. Je voulais savoir quel était ton rapport avec cette histoire de l’hybridation.

J.V. : Quand j’ai commencé à faire des films « hybrides », je ne savais pas que je faisais des films hybrides. Je ne me suis jamais dit « je vais faire des films hybrides » mais juste des films. Et puis, naturellement, j’ai combiné différentes techniques. Tu rencontres des gens qui te disent que ce que tu fais n’est pas du cinéma expérimental parce qu’il y a de la vidéo, ou inversement d’autres qui te disent que ce n’est pas de la vidéo parce qu’il y a du film et tu ne comprends pas ce que tu fais. A un moment donné, j’ai eu envie de poser un peu mes théories sur les choses : j’ai fait mon DEA/MASTER 2 sous la direction de Nicole Brenez à Paris I qui m’a proposé de travailler sur l’hybridation puisque je la pratiquais dans mes films. Ce n’était pas le sujet qui m’intéressait le plus au départ, mais ça m’a vraiment passionnée parce que c’est un sujet très à la mode, sur lequel il se dit plein de choses, et il était donc important de définir ce dont il s’agissait. Dans la mesure où tout est hybride, que veut dire exactement ce terme ? Nicole Brenez m’a donné alors une carte blanche à la Cinémathèque française du 1er septembre au 20 octobre 2006 que j’ai faite, à partir de mon DEA, sur la greffe, la fusion et l’hérédité. L’hybridation, c’est énorme, tout le monde est fait comme ça, la vie est faite comme ça. Tu te rends compte que la notion de format et de support n’est pas ce qu’il y a de plus important ; venant des arts plastiques, j’utilise le pastel, l’acrylique, l’huile, le fusain, tous les outils qui sont sous la main et personne ne me dira « non, tu ne fais pas des arts plastiques parce que tu utilises tel outil ». Il n’y a pas un outil imposé. Et j’ai pratiqué le cinéma de cette manière, avec la même liberté. Mais le cinéma est un art tout nouveau, sous l’emprise de l’industrie, du coup on enlève un format pour le remplacer par un autre. Ce qui est vraiment dommage, parce que si tu regardes bien, la pellicule est aussi intéressante que le numérique. C’est deux choses différentes, qui ont chacune leurs qualités et leurs défauts, mais ce qui m’intéresse, c’est la rencontre des deux et ce que tu peux faire avec. Supprimer l’un ou l’autre, ça ne veut rien dire pour moi. Ce qui compte avant tout, c’est qu’ils se retrouvent dans le film, ce que tu as fait avec. Les outils ne sont qu’un moyen. Ce DEA était donc important pour savoir me situer, savoir exactement ce que je faisais et comprendre ce qui se passait tout autour de moi. Mais je ne voulais pas parler de ma pratique d’une manière trop personnelle, je l’ai fait d’un point de vue scientifique, Darwin, l’évolution des espèces, pour regarder ça avec du recul, comme si j’observais un organisme vivant, en mouvement, en train de se transformer et de muter. Et c’est le cas d’ailleurs.

B.J. : Quel regard portes-tu sur le travail de Klonaris et Thomadaki ?

J.V. : Malheureusement, je n’en ai pas vu beaucoup, seulement Selva, Quasar et Pulsar.

S.S. : Le Cycle de l’Ange est magnifique, j’adore. Elles ont travaillé à partir d’une photographie d’hermaphrodite qu’une des deux a retrouvée dans les affaires de son père gynécologue.

B.J. : En les écoutant, je retrouvais ces problématiques scientifiques que tu évoquais, Johanna, sauf que chez elles, il semble qu’il y a une dimension mystique supplémentaire. Je pensais que tu avais peut-être fouillé de ce côté-là. Je ne crois pas qu’elles aient lancé quoi que ce soit, mais il semble qu’elles aient travaillé depuis les années 70 dans l’hybridation, puis ont été pionnières en France de l’hybridation cinéma, vidéo, ordinateur fin des années 80.

J.V. : C’est un terme qu’on a toujours utilisé et ça a toujours existé, non ? Le cinéma expérimental a toujours été hybride, dès les années vingt et même avant. C’est un nouvel outil artistique qui s’est hybridé à toutes les pratiques antérieures à lui, comme la peinture sur pellicule, la projection sur des volumes, la photographie (toutes ces expériences qui ont été faites), il s’est hybridé à tout ce qui était antérieur à lui. Maintenant, il y a quelque chose de nouveau qui arrive, le numérique, un support qui lui est semblable, de même constitution, pas comme la peinture, mais en même temps différent, comme un nouveau continent qu’il n’a pas exploré. Et du coup certains bloquent.

M.H. : Il y a une zone de flou de plus en plus apparente ces dernières années entre l’art vidéo et le cinéma expérimental, qui sont restés longtemps comme deux mondes à part, deux écoles à part, deux économies à part. On voit de plus en plus, notamment chez Lowave, des artistes qui sont entre les deux.

S.S. : C’est un problème de notre temps, je crois, la tendance est à cloisonner les différents milieux, c’est ce que nous rencontrons tous les jours et il y a même des critiques qui nous sont formulées parce qu’il y a un documentaire, de l’art vidéo et un film expérimental sur un même DVD. Heureusement, il y des gens comme Raphaël Bassan qui vient d’écrire un très beau texte sur Johanna Vaude, qui connaissent très bien le cinéma expérimental, mais qui n’ont pas ce problème à se limiter à un genre, qui voient la force des nouvelles technologies ; j’aime beaucoup cette conception qu’une œuvre est avant tout une œuvre. Chez Lowave, dès le départ, c’est quelque chose qui nous a intéressé. Une hybridation peut se faire autour d’un thème, c’est même beaucoup mieux ainsi. Il ne faut éviter de faire des distinctions tranchées. Dans les galeries d’art, par exemple, il y a des œuvres que tu ne verras jamais pendant d’un festival expérimental et pourtant elles sont tellement proches de ce qui y est projeté. Nous, nous utilisons le DVD aussi dans ce but-là : pour décloisonner. Lowave est devenu une véritable plateforme de rencontre entre divers champs artistiques. Peu importe que l’un soit vidéaste, l’autre cinéaste, l’autre encore photographe.

J.V. : C’est vrai que c’est énervant de devoir se définir comme ça, c’est dingue et très énervant. Ca ne fait pas de sens. Tu fais un geste à un moment donné qui peut revêtir  différentes formes et utiliser différents supports. Il faut prendre les médias comme des outils tout en les explorant quand même, mais ensemble. C’est ça qui m’intéresse de plus en plus, de les faire fusionner. Ca donne des relations, des mélanges, des rencontres, des interactions que tu n’as pas avec l’outil tout seul.

M.H. : Ce qui est unique avec Johanna, c’est que l’hybridation lui permet d’adapter une nouvelle technologie, de nouveaux formats, nouveaux médias, tout en gardant les apports des anciennes pratiques. Tout comme les groupes de musiques qui mêlent de la musique traditionnelle à des expérimentations électroniques, des instruments anciens avec de nouveaux. C’est une ouverture vers l’avenir qui incorpore le passé.

S.S. : C’est une démarche rare et emblématique, bien des gens restent fixés pour toujours sur un support.

J.V. : Ce qui est terrible alors, c’est si on leur enlève ces supports. Imaginons que demain Sarkozy nous retire toutes les pellicules, le numérique, les DVD. Qu’est-ce qu’on va faire ? Eh bien, on va continuer quand même. On va trouver une autre solution. Je plaisante un peu, mais l’idée est là.

B.J. : C’est vrai que je m’étonne aussi que nous soyons à une époque où cloisonne encore tant les choses. Je ne comprends pas vraiment par exemple les prises de position de Stéphane Marti vis-à-vis de la super 8…

M.H. : A l’autre extrême, tu as les gens qui ne veulent pas travailler avec la pellicule parce que ça fait vieillot, ils sont dans le culte de la nouveauté technologique. Ils ne connaissent rien du passé non plus. Tu as des artistes qui font des images en numérique mais qui ne savent pas dessiner à la main.

J.V. : C’est très intéressant ce que tu dis, c’est cette courroie de transmission qui manque peut-être, ce passage d’une pratique vers un autre outil. Forcément, avec l’industrie, le cinéma est un peu devant ce fait accompli : la pellicule va disparaître. Il faut l’admettre. Et c’est ce passage d’un médium à un autre qui va être intéressant. D’où la courroie de transmission, il faut transmettre des techniques qui ont été explorées vers de nouveaux médias.

S.S. : Quand nous travaillons avec des cinéastes expérimentaux purs et durs, ils ne veulent pas que nous fassions de projections du DVD parce que nous n’allons pas projeter à partir de la pellicule. Je peux comprendre que l’on tienne à une projection pellicule quand on a les moyens, mais il faut comprendre aussi que passer d’un support à l’autre, ça ouvre aussi d’autres possibilités. Je trouve intéressant aussi de présenter le film sous un autre support tout en sachant, qu’au départ, il s’agissait par exemple de 16mm. Il faut savoir faire voyager l’œuvre avec des moyens plus modernes, plus accessibles. Le DVD permet ça. Et si tu veux être sur un DVD, cela implique une volonté d’ouverture, d’être vu, d’atteindre un autre public aussi.

J.V. : C’est un risque aussi, tu t’exposes. C’est en tout cas ce que je ressens en ayant fait ce DVD. Ca me plaît, mais j’avais plutôt l’habitude de faire mes films seule dans mon coin, de les montrer à un cercle de gens. Le DVD devient un objet public, accessible.

Mutations à venir…

B.J. : Vois-tu de nouveaux outils que tu voudrais utiliser ?

J.V. : Oui, tout m’intéresse, il faut juste que j’apprenne. Quand je vois des films en 3D aujourd’hui, ça me gratte, parce que je me dis « ah ! si je pouvais en faire ! ». J’aimerais bien expérimenter ça, j’ai l’impression que cela reste encore très lisse, on utilise la 3D pour que cela ressemble le plus possible au réel. Je voudrais expérimenter de nouvelles images. Sortir de la projection simple pour des installations, ou même des œuvres faites en direct par exemple, pour étendre la représentation. Mais alors en association avec d’autres personnes, qui connaissent des outils que je ne maîtrise pas. Et c’est tellement enrichissant de rencontrer d’autres gens qui ont un tout autre univers, qui font autre chose, et établir un échange, de partager et de construire des choses à plusieurs. Sinon, j’aimerais bien, un jour, que le cinéma soit complètement holographique ; quand je projette un film, j’aimerais beaucoup que le spectateur soit dans le film, qu’il rentre dans cet univers. Moi je cherche déjà à rendre ça par un travail de l’image en profondeur, en couches superposées. Mais je voudrais que le spectateur y soit vraiment. Mais le mieux, pour mener à bien ce projet, serait de travailler en partenariat avec des équipes de scientifiques en laboratoire.

www.lowave.com
www.johannavaude.com

« Johanna Vaude/Lowave : DVD « Hybride » » par Bidhan Jacobs in Turbulences vidéo #56 – juillet 2007, p. 18 – 29

Anticipation

anticipation de Johanna Vaude

Time : 11: 40 min
Soundtrack : Johanna Vaude
Original format : Mini DV
Copies : Mini DV, Béta SP Pal
Distribution : Agence du court metrage / Light Cone

 

Résumé :  Tel un cauchemar, « Anticipation » évoque l’aliénation, la confusion et la paranoïa, où l’être humain cherche à résister au scénario d’une société déshumanisée (manipulation génétique, système de contrôle répressif).

Technique : réalisation à partir d’images d’archives Internet, jeux vidéos (caches, surimpressions) et de citations sonores de films d’anticipation.
Infos : Anticipation a été présenté en avant-première au Studio 27 à San Francisco et a été sélectionné par le Festival Côté Court de pantin.

Synopsis : Like a nightmare, « Anticipation » is a film about alienation, paranoia and mental confusion where human being tries to find the strength to resist to an inhuman scenario’s society (genetic manipulation, repressif society).

Technique : starting from Internet film archives and documentary, video games edited and re-worked in DV (special effects, double exposure…) and sounds dialogues from anticipation’s films.
To know more : First screening of Anticipation was at Studio 27 in San Francisco and was officialy selected by the Festival Côté Court de Pantin.

Click to enlarge / Cliquez pour agrandir…

anticipation shot film by johanna vaude festival de pantin anticipation shot film by johanna vaude festival de pantin anticipation shot film by johanna vaude festival de pantin anticipation shot film by johanna vaude festival de pantin anticipation shot film by johanna vaude festival de pantinanticipation shot film by johanna vaude festival de pantin

PROJECTIONS

2015
> FORUM DES IMAGES, Bibliothèque François Truffaut, Mois du film expérimental et de l’art vidéo, Found footage : séance Johanna Vaude, Paris, France
> LUX, Scène Nationale de Valence, Hybride : court-métrage de Johanna Vaude, Valence, France

2013
> LUX, Scène Nationale de Valence, Focus Johanna Vaude : Hybride – No limits for vision, curator : Catherine Rossi-Batôt – Valence, France

2011
> BLINK FESTIVAL NOVIH KOMUNIKACIJA, CRONOSFERA Project (Vision dal Futuro), curator : Manja Ristić, Luisa Mizzoni, Ignace De Bruyn – Belgrad, Serbie
> VIDEOFORMES
Focus Johanna Vaude, curator : Gabriel Soucheyre – Clermont-Ferrand / France
> VISIONS FROM THE FUTUR, CRONOSFERA Project (Vision dal Futuro) – Biella, Piemonte, Italy

2008
> RISC – RENCONTRES INTERNATIONALES SCIENCES ET CINEMAS, Séance « Symptômes », cinéma Les Variétés – Marseille, France
> AZA DIGITAL CINEMA FESTIVAL
 »Experimental : The art of Johanna Vaude », curator : Yiannis Zachopoulos – Thessaloniki, Greek
> OBLÒ FILM FESTIVAL, Underground Film Festival – Lausanne, Switzerland
> VISIONI DAL FUTURO 
Vision from the futur. International Video Contest – Biella, Piemonte, Italy
> FESTIVAL IMAGES CONTRE NATURE 
Festival International de Vidéo Expérimentale. Programme « Mouvement » – Marseille, France
> FESTIVAL CÔTE COURT DE PANTIN, Compétition 2 : « Experimental, essaie, art vidéo » – Pantin, France
> THE PASSAGE FILM FESTIVAL : What is the human condition ?, Doyle Fine Art Building, Murray State University – Kentucky, USA
> SEANCE IMPAKT
« Sound & Visual Experiences », les films de J.Vaude, INHA (Institut National d’Histoire de l’Art) – Paris, France
> DRESDENER SCHMALFILMTAGE, Focus Johanna Vaude, special guest – Dresde, Germany
> FFAT.08_FRENCH FILM AT MUNFATTWERK, Johanna Vaude guest of honor – Mûnchen, Germany
> SWARM RECORDS, Soirée pluri-artistique, curator : Sébastien Faguelin – Nanterre, France
> STUDIO 27 – Cinematic excursion into the unknown, « Hybride works – Impure Cinema », curator : Wago Kreider – San Francisco, USA

  • 1
  • 2

Hybridation carte blanche – Le cinéma expérimental contemporain et les nouvelles technologies selon Johanna Vaude

Hybridation carte blanche – Cinémathèque Française

Hybridation : « Le cinéma expérimental contemporain et les nouvelles technologies selon Johanna Vaude »

(english below)

Cliquer pour agrandir Click to enlarge
Hybridation carte blanche - Nicole brenez Hybridation carte blanche Johanna Vaude

« Hybridation : Le cinéma expérimental contemporain et les nouvelles technologies selon Johanna Vaude » in Cinémathèque Française, programme Septembre – Octobre 2006, p. 86,87

 

HYBRIDIZATION IN CONTEMPORARY EXPERIMENTAL CINEMA WITH NEW TECHNOLOGIES ACCORDING TO JOHANNA VAUDE

Program of the « Cinémathèque Française » (French Anthology Film Archives)_ Paris, September / October 2006, p.86-87

« Johanna Vaude, brilliant young experimental film-maker, dedicates her cinematic and analytical works to what will doubtless appear as the big affair of this turning point of the millennium as regards the mobile images : hybridization, the hybridization of supports, practices, ideas. In the palette of an incredible wealth available to the film-makers today, in these plastics possibilities that the artists grant themselves through repeated and various diversions, excesses, alliances and tribologiques researches, in this fascinating excitement, how to distinguish ? The informed, sensible and subtle glance of the author of “The Wild Eye”, which has just dedicated a fundamental essay to the history of the film hybridization, helps us to discover, to look from different view points. »

Nicole Brenez

« The appearance of the new technologies renews the traditional practice of the experimental movies. The notion of plastic hybridization is nowadays subject to changes because it is situated in the heart of the film media. How to report this disruption of the practices, techniques and supports ? We discern three processes: the transplant, the fusion and the heredity.

The « Transplant » films include, on the same support, the various elements from diverse sources – video, digital, film – which live together without becoming distorted. The sources do not mix, they remain intact, in their state, and are juxtaposed. Without our noticing it consciously, the videos images or those from of the last technologies come into gestures and artistic practices of the filmmakers.

The « Fusion » films mix all the materials, without distinguishing them (photos, digital, Super 8 films, 16mm, 35mm, video, etc.), by mixing them, so that we do not know anymore where is the first source, which is not important anymore. What counts, is the plastic and aesthetic result : all the elements and the techniques marry, are linked, are not anymore recognizable as such. These films attest of an assimilation of all the materials and the supports in relation with the world of the images.

The « hereditary » films are only on digital. The film disappeared in its physical manipulation, there is no more trace, except a « genetic » trace. We can see, in certain digital videos works, the signs of previous practices and the experimental techniques (recycling / footage, scratching, assembly (editing), flicker, etc.)

We can see, in certain videos digital creations, the signs of the previous practices specific the experimental, (recycling / footage, scratching, editing, flicker, etc.), reconstituted techniques, remade either by software or by gestures that come back constantly, but with different tools. These gestures are either the sign of a tradition and a transmission of a practice of the experimental movies, or on the contrary an intuition, an evidence, because certain filmmakers, without knowing particularly the experimental movies, are naturally going to proceed with an already pre-existent home-made practice.

Subsequently, we see new film practices finding their specific languages from the new technologies: virtual world (being also able to express a reality), artificial intelligence…

The practice of hybridization puts in touch all the techniques of the film and the digital technology. It is a film « gesture » which transfers the old to the new. That is a continuity where we would see a break. Some users, who have now access to these new technologies, participate, sometimes unconsciously, in this transfer by using all the means at their disposal.

It is a human reflex which let hope a future where the experimental could exceed all the current limits and lease to be confined in a unique practice or a belonging. »

Johanna Vaude

« A population (…), is defined by its borders with the other groups of the same kind; these borders are hardly waterproof, it is this porosity which brings the main part of the new genes. »

(Albert Jacquard, Les hommes et leurs gènes, 1994.)

Exploration

Exploration de Johanna Vaude

 

Time : 18 : 45 min
Soundtrack :  Johanna Vaude
Original format : Mini DV
Copies : Mini DV, Béta SP Pal
Distribution : Agence du Court metrage / Light Cone

 

Résumé : images scientifiques de l’intérieur du  corps humain, des galaxies et des constellations, utilisées et transformées en un voyage poétique depuis l’infiniment petit vers l’infiniment  grand…

Technique : réalisation à partir d’images de synthèses, d’expériences chimiques, de film Super 8, de peinture sur pellicule, refilmé en vidéo puis monté et retravaillé numériquement (cache, colorimétrie, surimpressions, effets spéciaux…).
Infos : Exploration a reçu une mention spéciale au festival Abstracta  à Rome en Italie et a fait partie de la sélection Aurora Festival Tour : « Unfamiliar countries, Impossible Structures »

 

Synopsis : scientific images of the inner human body, of the galaxies and the constellations, used and transformed into a poetic journey from the infinitely small to the infinitely big…

Technique : starting from a Super-8 film with added paintings, synthetic images, re-shot and chemicals experiences in video, edited and re-worked in DV (special effects, double exposure, changes in tone and colour in DV sequences…)
To know more : Exploration received a spécial mention by Abstracta Film Festival in Rome / Italy and was screened during the Aurora Festival Tour : « Unfamiliar Counties, Impossible Structures « .

 Click to enlarge / Cliquez pour agrandir…

Exploration by Johanna Vaude hybrid short film Exploration by Johanna Vaude hybrid short film Exploration by Johanna Vaude hybrid short film Exploration by Johanna Vaude hybrid short film Exploration by Johanna Vaude hybrid short film Exploration by Johanna Vaude hybrid short film Exploration by Johanna Vaude hybrid short film Exploration by Johanna Vaude hybrid short film Exploration by Johanna Vaude hybrid short film Exploration by Johanna Vaude hybrid short film Exploration by Johanna Vaude hybrid short filmExploration by Johanna Vaude hybrid short film Exploration by Johanna Vaude hybrid short film Exploration by Johanna Vaude hybrid short film

PROJECTIONS

2015
> WINTERLONG GALERIE,  Exposition « High in Light » – Moulins du Roc, curator : Eric Surmont – Niort, France

2009
> LUX, Scène Nationale de Valence, Avant-garde contemporaine, curator : Jacques Kermabon – Valence, France

2008
> KLEM KURIA : Laboratorio de Electroacústica Musical
« Cine-Concierto » – Bilbao, Spain
> MAGMA FILM FESTIVAL, For the Dopofestival – Acrireale, Sicilia
> FLIXATION ! Underground ciné club at The Horse Hospital Galery – London, UK
> AURORA on tour 
« Unfamiliar Countries, Impossible Structures », Rodina cinema – St.Petersburg, Russia
> 7.STOCK (Cine Club) 
Special screening of « Exploration », curator : Céline Berger – Dresde, Germany

2007
> RISC – RENCONTRES INTERNATIONALES SCIENCES ET CINEMAS, Séance « cinéma expérimental », cinéma Les Variétés – Marseille, France
> AURORA – NORWICH INTERNATIONAL ANIMATION FESTIVAL, Short Film 1 : « Unfamiliar Countries, Impossible Structures » – Norwich, UK
> ABSTRACTA – MOSTRA INTERNAZIONALE DEL CINEMA ASTRATTO, Special mention to « Exploration » – Rome, Italy
> FESTIVAL IMAGES CONTRE NATURE, Programme « Mouvement » – Marseille, France
> 23.rd HAMBURG INTERNATIONAL SHORT FILM FESTIVAL, NoBudget competition : « Experimental Laboratory » – Hamburg, Germany
> INHA – INSTITUT NATIONAL D’HISTOIRE DE L’ART, Journée d’étude organisé par l’association « Les Trois Lumières » – Paris, France
> ELECTROFRINGE, Festival for Electronic Arts – Newcastle, Australia
> NFF / NEW FORM FESTIVAL 07, RE : USE, The convergence of media art, electronic music and the exploration of culture – Vancouvert, Canada
> FANTASIA FILM FESTIVAL, « More celluloide Experiments », curator : Marc Lamothe – Montreal, Québec
> CINEMATHEQUE FRANÇAISE, SOIREE JOHANNA VAUDE
Séance découverte : Lancement du DVD « Hybride » édité par le label indépendant LOWAVE / Projection et signature en présence de Johanna Vaude, curator : Pierre D’Amerval – Paris, France

2006
> CINEMATHEQUE FRANCAISE 
« Hybridation : carte blanche à Johanna Vaude » – Paris, France
> 8° FESTIVAL DES CINEMA DIFFERENTS DE PARIS 
Séance Trajectoire :  films de Johanna Vaude au centre culturel « La Clef » – Paris, France


 

zeuxis

Zeuxis 25 – L’art de l’hybridation selon Johanna Vaude par Raphaël Bassan

Zeuxis 25

« L’art de l’hybridation selon Johanna Vaude » par Raphaël Bassan

(english below)

Click to enlarge / cliquez pour agrandir…
Zeuxis 25

« L’art de l’hybridation selon Johanna Vaude » par Raphaël Bassan in « Zeuxis » n°25 (15 septembre), p 31, 2005.

english

THE ART OF THE HYBRIDIZATION ACCORDING TO JOHANNA VAUDE
BY RAPHAËL BASSAN

« The filmmaker Johanna Vaude, who realized certain experimental masterpieces of the last ten years (L’œil sauvage (Wild eye), on 1998; Notre Icare (Our Icare), on 2001), presents us, within the framework of the sessions dedicated to the avant-gardes by Nicole Brenez in the French Film library, of a programming in the form of a programming in the form of reflections multiforms on one of the major axes of experimental media(audiovisual), that of the hybridization inter-supports (argentique, digital, photos). This program, which covers (one Friday evening on two) September and October, is divided into three axes which are so many visual and theoretical propositions on the subject.
Johanna Vaude distinguishes the films of « transplant » which group together(include), on the depiction of the same work, elements resulting from diverse sources (video, digital, argentique) and live without damaging itself or opposing : Letter to Freddy Buache (Jean-Luc Godard, on 1982), Fast film (Virgil Vidrich, on 2003).
The films of « fusion » which mix all the supports without distinguishing them (photos, mini-DV, 16 millimeters, Super 8…), and whose mixing declines under the shape of a dissimilar material sources of which we cannot track down any more: Terrae (Ottello Vilgard, on 2001), De l’Amort (Johanna Vaude, on 2006).
The panorama closes with the « hereditary » said films, the sections formed by only digital conceived works, but which keep, in hollow, as a genetic track of the practices appropriate for the experimental movies ( argentique ): recycling, scratching, flicker, use of found footage : Spitfire (Patrice Kirchhofer, on 2005), Empire (Edouard Salier, on 2005).
When the production of supports argentiques is threatened (progressive abolition of Super 8 film today, 16 mm film tomorrow) and widely replaced by the use of mini-DV in the artistic creation, and where the ‘ new seers ‘ of the state-of-the-art said technologies want to appropriate, at the same time as the novelty of their support, that also the aesthetic innovation, this demonstration, which puts clocks(pendulums) at the hour, is welcome. The first radical works on the abstract image, attacked (affected) chemically, diverted, etc., were carried out by the film-makers from the 1920s. It is always useful to remind it.»

Cinémathèque française (French Film Archives) until 20th October.
http://www.cinematheque.fr/fr/espacecinephile/evenements/hybridation.html

« L’art de l’hybridation selon Johanna Vaude » par Raphaël Bassan in « Zeuxis » n°25 (15 September), p 31, 2005.

 

TraverseVideo_2006

Traverse Vidéo

Traverse Vidéo

« Johanna Vaude » par Simone Dompeyre à l’occasion de la séance à la Cinémathèque Française de Toulouse

Cliquer pour agrandir… Click to enlarge…
Traverse Vidéo Traverse Vidéo
Traverse Vidéo

« Johanna Vaude » par Simone Dompeyre in « Catalogue Traverse Vidéo », Toulouse, 2006, p 90- 92

« Johanna Vaude » par Simone Dompere

Catalogue Traverse Video : « L’etat du monde  »

Catalogue du festival Traverse Video 2006 : « L’etat du monde »
« Soirée spéciale – Cinémathèque de Toulouse »

« Johanna Vaude part, en 2002, d’un film japonais pour faire de la peinture en mouvement, et en 2005, reprend des images bien plus antérieures avec l’homme de Léonard de Vinci ou des Ecorchés de Vésale y reconnaissant la même préoccupation du corps et du chiffre. Cependant le footage de Samouraï n’y reste que trace recadrée et remouvementée, dans le  rejet d’un espace de description ou d’appel à la reconnaissance… S’il reprend le combat japonais, loin de glorifier la geste brutale, il en retient la gestuelle parce qu’elle est des plus précises comme modèle du geste artistique, et se clôt sur l’image de fleur de lotus après diverses fois, le visage d’un enfant occupant le champ, impassible, loin de toute exaltation.

Ensuite, loin encore de s’apitoyer devant les horreurs et exactions de l’homme à l’homme, et de (se) persuader que cela suffit à être en bonne conscience, ses films imposent pleinement un regard « libre et sauvage » qui se défasse de toute fascination. Devant la barbarie en mouvement, elle impose que l’on s’interroge sur « comment on regarde la violence », que l’on s’effraie que certains se plaisent à cet engluement de l’horreur. Devant l’habitude de l‘homme d’entendre sans les écouter les informations concernant le quotidien, survivant de rien, elle oblige à y revenir par le travail du film, sans oublier que c’est de film dont il s’agit, sans la naïveté de penser qu’une image serait le calque du monde.

Et sachant le risque d’être taxée d’idéaliste, Johanna Vaude reprend la métaphore de l’envol et se garde bien de faire chuter Icare dont le visage final garde le sourire.

Ce regard autre, qui provoquant un cinéma autre, ne refuse pas les pratiques numériques si elles offrent d’autres champs d’expérimentation ainsi celle qui ouvre le plaisir de mêler à la peinture sur pellicule, les surimpressions de la vidéo.

Ce regard plus que rapide censé, selon la cinéaste être à l’image de ce notre regard devient, qui capte ainsi le monde au quotidien.

Le monde du film est rapide comme le regard sur le monde le devient.

Echo du Ciné œil vertovien qui montait des films disant le monde tel que le film le produisait, qui avec L’Homme à la caméra réunissait en leitmotiv l’œil et l’objectif, parce qu’il rendait indissociables le monde tel qu’il est, le monde tel qu’il est sur la pellicule, le monde tel qu’il est sur l’écran, Johanna Vaude mêle aussi les temps puisque la reprise d’images passées, les prises de vue de son actualité et la vitesse en flashforward décrit le regard tel qu’elle dit qu’il sera, rapide et en couleurs. »

Simone Dompere.

« Johanna Vaude » par Simone Dompere in « L’état du monde », Toulouse, 2006, p 90- 92.