Nuit blanche horreur et frissons au Festival de Grenoble

VENDREDI 3 JUILLET A PARTIR DE 22H

Une Nuit blanche consacrée au cinéma de genre, en partenariat avec L’Agence du court métrage et Le Festival La Rochelle Cinéma !

La programmation est signée par l’Agence du court métrage.

Mon film “De l’Amort” (Love & Death) est programmé vendredi 3 juillet à partir de 22h00, durant la nuit blanche horreur et frissons à la Cinémathèque de Grenoble / Festival du Film court en Plein air de Grenoble ! Une Nuit blanche consacrée au cinéma de genre, en partenariat avec L’Agence du court métrage et Festival La Rochelle Cinéma !

Présentation

En 24 films courts, le temps d’une nuit blanche, arpenter les territoires de l’effroi, voilà la mission que l’on nous a confiée, voilà le programme que l’on vous promet. Car les films courts, au fil du temps, n’ont jamais démérité en matière de frissons à prodiguer. D’ailleurs, quand on s’en donne la peine, quand on prend le genre au sérieux, le fantastique, l’étrange et la peur peuvent se déployer parfois mieux encore dans les formes brèves que dans le champ, de fait plus balisé, du long métrage. L’allusion, la concision, les retournements narratifs intempestifs font bon ménage avec la peur, ce n’est pas nouveau et nombre d’anthologies télévisées, de nouvelles fantastiques nous l’ont souvent prouvé.Variant les durées, multipliant les formes et les formats, cette programmation entend proposer des entrées hétéroclites dans un cinéma de l’imaginaire inépuisable et se ramifiant en multiples sous-genres. Quelques classiques, quelques visages connus et inattendus, des trésors cachés, des raretés exhumées et des films de ces dernières années témoignant de l’intérêt croissant (du moins un peu plus encouragé) des cinéastes pour le genre en France.

De la réflexion sur le statut du spectateur de films d’horreur aux pastiches plus ou moins irrévérencieux, des expérimentations formelles les plus radicales aux propositions narratives les plus perturbantes, du conte horrifique au survival le plus classique, cannibales, vampires, zombies, serial-killers et reclus maudits risquent bien de venir hanter cette programmation. Alors, à défaut de vous la souhaiter douce, essayez donc quand même de passer une belle nuit…Stéphane Kahn, programmateur à l’Agence du court métrage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Pour recevoir plus d'informations, inscrivez vous à la newsletter
Register with our newsletter to receive the current events