Tag : dvd

1 2

La petite collection de Bref

La petite collection de Bref

Impressions édité dans la petite collection de Bref accompagné d’un article de Raphaël Bassan

Cliquer pour agrandir…

*Cover + review & DVD*Click to enlarge…Bref 88Impressions de Johanna Vaude par Raphaël Bassan La petite collection de Bref 88

Bref n°88 : « Impressions de Johanna Vaude » par Raphaël Bassan in Bref #88- Juillet-Août 2009, p.29

Il y a 55 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 55 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 55 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 55 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 55 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.Il y a 55 mots contenus dans le corps du texte. Ceci est beaucoup trop faible et devrait être augmenté.

HYBRIDE DVD

« Pioneer of the rebirth French avant-garde cinema of recent years »Stefano Masi, Pesaro Film Festival
« La reconnaissance de cette jeune cinéaste, qui mélange éléments graphiques et cinéma de l’intériorité, donne une visibilité à toute sa génération » – Raphaël Bassan, Une encyclopédie du court-métrage français

« Johanna Vaude est cinéaste, vidéaste, plasticienne, analyste et historienne. Elle s’inscrit spontanément dans cette tradition des artistes historiens qui écrivent l’histoire de leur art aussi bien en images et sons qu’en textes littéraires : Peter Kubelka, Paul Sharits, Malcom Le Grice, Rose Lowder, Peter Tscherkassky (…) » – Nicole Brenez, Livret DVD Hybride

6 Film(s), 2 Bonus Film(s), Interviews, runtime 82 minutes, PAL/NTSC, ALL ZONES, stereo, 4:3
Hybride_DVD1

(English below)

Le DVD HYBRIDE rassemble une sélection de six films de Johanna Vaude : L’oeil sauvage, Notre Icare, Samouraï, Totalité remix, De l’Amort et Exploration. Chaque film développe son propre langage, sa thématique, et nous introduit dans des univers sensoriels singuliers où l’hybridation des médias et des techniques utilisés (mélange de peinture sur pellicule, images de synthèses, 3D, photos, films Super 8 et vidéo numérique) nous offre des images d’une poétique inattendue. Avec sa démarche très particulière de l’hybridation la cinéaste a renouvelé un genre qui brouille les frontières entre les domaines souvent cloisonnés du cinéma expérimental, de l’art vidéo, de l’animation et de la photographie et donne à réfléchir sur l’inventivité et les possibilités du cinéma expérimental contemporain.

DVD disponible chez Lowave

The Hybrid DVD assembles a selection of six films by Johanna Vaude : L’oeil sauvage (Wild Eye), Notre Icare (Our Icarus), Samouraï (Samurai) , Totalité Remix (Totality remix), De l’Amort (Love and Death), and Exploration. Each film contains its own language, its own theme, and submerges us in unique worlds where the hybridation of different types of media and techniques used presents us with unexpected poetic imagery. The diversity of the subjects and types of techniques contained in her films (mixture of painting on film, synthetic images, 3D, photos, Super 8 films, and digital video) encourages us to think about the inventiveness and possibilities of contemporary experimental cinema.

DVD available on Lowave website…

COLLABORATIONS WITH MUSICIANS ON THE « HYBRID » DVD :

Festival tous courts aix-en-provence : DVD anniversaire

Notre Icare sur le DVD anniversaire des 25 ans du Festival Tous Courts aux éditions Chalet Pointu.

chalet pointu dvd anniversaire festival tous courts

Educational Media Reviews online – Hybride by Jane Sloane,Rutgers University librairies

Educational Media Reviews online

Read the review online : « Hybride » by Jane Sloane,Rutgers University librairies

 

Turbulences vidéos 56 – Johanna Vaude/Lowave : DVD « Hybride » par Bidhan Jacobs

Turbulences vidéos 56

« Johanna Vaude/Lowave : DVD « Hybride » » par Bidhan Jacobs

 

lowaveJohanna Vaudeturbulences videoslowavelowave bidhan jacobsJohanna Vaudebidhan jacobsturbulences videos 56 bidhan jacobslowave dvd lowve bidhan jacobslowavejohanna vaude bidhan jacobs
« Johanna Vaude/Lowave : DVD « Hybride » » par Bidhan Jacobs in Turbulences vidéo #56 – juillet 2007, p. 18 – 29

Johanna Vaude/Lowave : DVD « Hybride »
Par Bidhan Jacobs.

Lowave est un label indépendant, créé en 2002 par Marc Horchler et Silke Schmickl, proposant une très large palette de films internationaux récents et actuels faits sur divers supports, capable de promouvoir des artistes encore peu connus à ce jour mais situés à la pointe avancée de la création audiovisuelle. Son objectif est de rendre ces films accessibles à un large public, grâce au support numérique du DVD. Le riche postulat théorique de décloisonnement joint à la radicalité et à la sûreté des choix de ce label en font l’un des audacieux au monde.
Johanna Vaude est une jeune artiste née en 1975 qui a débuté par la peinture, le dessin, la photo, la poésie avant de verser dans le cinéma expérimental durant ses études en arts plastiques à Paris I – St Charles et d’y transposer et fusionner ses pratiques de plasticienne. Grande exploratrice des médias, visionnaire douée d’une érudition transversale à l’histoire de l’art, technicienne virtuose et créatrice de formes nouvelles et puissantes, elle représente le fleuron de la toute jeune avant-garde française défrichant un territoire sans cesse en expansion pour le cinéma.
L’édition aujourd’hui par Lowave du DVD monographique « Hybride » consacré à Johanna Vaude est le fruit d’une collaboration logique. Un DVD contaminé par l’œuvre, magnifique, sans concession, qui exploite toutes les possibilités qu’offre ce support industriel, invite le spectateur à y plonger, glaner des pépites à chaque instant et tomber par hasard sur un trésor caché.
Une interview nécessaire, placée sous le signe de la mutation multiple, vendredi 23 mars 2007 chez Lowave, avec Johanna Vaude, Silke Schmickl et Marc Horchler.

Mutation multimédia d’une cinéaste en évolution…

Bidhan Jacobs : Je sais qu’à chaque fois que vous éditez un DVD monographique sur un cinéaste, vous le conceviez point par point avec lui. Racontez-moi l’histoire de ce DVD…

Silke Schmickl : Nous avons découvert le travail de Johanna Vaude au mk2 Beaubourg, en janvier 2005, au cours d’une séance monographique des programmations d’Hugo Verlinde. Nous avons apprécié tout de suite son travail. Mais au début, nous étions un peu hésitants, à cause de la musique, pour dire toute la vérité…

Johanna Vaude : Il y avait plusieurs musiques différentes puisque j’utilisais des musiques déjà préexistantes sur tous les films que je faisais.

S.S. : Si tu veux, en terme d’édition, il fallait obtenir ces droits-là et ça aurait été très difficile. De plus, nous trouvions que ses films apparaissaient un peu comme une illustration de ces musiques. Ils avaient des images tellement fortes qu’ils méritaient aussi leur propre musique. Mais c’est comme ça que nous l’avons connue. Nous avons suivi de près son travail et finalement rencontrée…

J.V. : Je m’en souviens bien, je ne vous connaissais pas encore à l’époque : c’est Nicole Brenez qui m’avait parlé de vous. Je vous avais écrit pour mon DEA/MASTER 2 sur l’hybridation, il y a presque deux ans. Et c’est à ce moment-là que tu m’as dit, Silke, que vous aviez déjà vu mes films. C’est comme ça que nous nous sommes connus. A l’époque, je pensais déjà faire refaire les musiques de mes films, nous en avons parlé, c’est comme ça que le projet de DVD s’est mis en marche.

S.S. : Nous avons alors beaucoup parlé et décidé de trouver des financements. Nous avons élaboré ensemble un projet global pour le CNC, il y a moins d’un an ; à partir du moment où nous avons décroché la subvention, nous avons commencé à travailler sérieusement ensemble. C’est surtout Johanna qui a fait la sélection des films.

J.V. : J’ai choisi les films qui me semblaient les plus importants et que j’aimais beaucoup, et puis en fonction des films où la musique n’avait pas encore été refaite : L’œil sauvage, Notre Icare, Samouraï, Totalité remix, De l’Amort et Exploration. Hormis les deux derniers films, j’avais réalisé les autres sans penser aux droits musicaux, en faisant ça dans ma chambre, tout simplement, sans penser qu’il y aurait un jour l’édition d’un DVD par Lowave. Je n’étais pas préoccupée par ces choses-là. Petit à petit, à mesure que mes films étaient de plus en plus projetés, je me suis retrouvée confrontée à ces problèmes de droits musicaux. Comme à l’époque je ne connaissais pas de musicien, ça m’a poussé à vouloir en rencontrer et ensuite à faire les musiques moi-même. Et ça, c’était vraiment bien, parce que ça m’a aussi sorti d’une sorte de petite prison que je m’étais fabriquée sans le vouloir. A l’époque où j’ai fait mes premiers films, je ne pensais pas que mon travail pouvait intéresser, on n’était pas encore aussi tourné vers l’expérimental que maintenant.

S.S. : Je pense que les films ont vraiment gagné beaucoup, on s’aperçoit qu’il y a un vrai travail de collaboration entre les musiciens et Johanna, et aussi en terme de DVD, ça donne une nouvelle actualité aux films : l’acheteur du DVD aujourd’hui qui connaît certains films de Johanna va les redécouvrir avec une nouvelle musique. Ca nous paraissait bien aussi, c’était comme une nouvelle création.

J.V. : Oui, une vraie relecture… Et les musiques sont meilleures. Je ne regrette rien du tout parce que les musiciens ont vraiment fait un superbe travail. Je n’ai fait que la musique des deux derniers films parce que je ne suis plus engagée dans la voie que je pratiquais avant, mais j’ai fait retravailler la musique de tous les autres par un musicien différent à chaque film, comme Rémy Laurençon sur Notre Icare et Samouraï.

B.J. : Qu’y a-t-il comme autres éléments dans ce DVD ?

S.S. : Comme à chaque fois nous avons essayé de recréer l’univers de l’artiste. Johanna a voulu participer à l’élaboration des menus, elle a fait des sons spéciaux, des boucles d’images particulières, un entretien en autoportrait qu’elle a fait elle-même et qui correspond vraiment au DVD, une galerie de photogrammes, une biographie/filmographie…

J.V. : Et il y a quatre proses dans le livret parce que j’écris aussi. Et un texte de Nicole Brenez. Nous avons beaucoup collaboré pour l’aspect visuel du DVD, la navigation ; en effet, j’ai travaillé avec le technicien de Lowave, Thomas Lambert, pour l’authoring et le graphisme du DVD : nous avons repris des photogrammes que nous avons manipulés sous Photoshop afin de recréer l’univers de mes films. Pour y parvenir pleinement, nous avons eu l’idée d’intégrer mon écriture dans tous les menus, parce que toutes les écritures d’ordinateur ne me convenaient pas vraiment, ce qui fait aussi le côté hybride à l’image du travail que j’effectue, comme la peinture sur pellicule, mais du côté humain. C’est vraiment hybride à tous les niveaux. Ainsi y a-t-il eu adaptation de toute la technique du DVD à une page d’écriture. J’en suis très contente, parce que au moins ça me ressemble. Et c’est rare de parvenir à un tel résultat… c’est très important que Lowave ai fait en sorte que je sois contente, ils ne m’ont rien imposé, ils m’ont laissé carte blanche. Ca me ressemble, c’est-à-dire que ce n’est pas un DVD standard avec les titres et point barre.

S.S. : C’est en trois langue, français, anglais et allemand ; et il y a encore une face NTSC et une face PAL de manière à pouvoir être lu dans n’importe quel pays.

B.J. : Lors de l’événement à la Cinémathèque française le 7 mars dernier, était-ce pour vous l’occasion de projeter les films de Johanna ou également de faire découvrir le DVD ?

J.V. : Non, nous ne l’avons pas fait, nous avons seulement projeté les films. C’est vrai que nous aurions pu dire comment il avait été fabriqué et montrer comment il était fait. Je n’ai pas pensé à tout ça, mais nous étions alors dans le stress.

S.S. : Nous avons quand même parlé du projet DVD à l’ouverture de la séance mais nous avions aussi prévu une signature et un cocktail après : cette séance consistait avant tout à montrer les films sur grand écran. Nous ne voulions justement pas trop insister sur le DVD.

B.J. : Pour ne pas risquer d’apparaître comme trop commercial ?

S.S. : Disons que nous voulions organiser un événement un peu festif autour du DVD et donner une visibilité à l’œuvre au-delà du DVD. Mais c’était un peu commercial quand même, bien sûr. Nous vendions des DVD sur place… (rires). D’un point de vue général, nous à Lowave nous nous sentons proches de ces démarches hybrides comme celle de Johanna, puisque nous travaillons avec des cinéastes, des vidéastes, même des plasticiens de l’art numérique comme Hugo Verlinde, des artistes qui expérimentent donc différents médias ; la démarche de Johanna est pour nous très emblématique. Nous avions donc envie de montrer une autre facette de son travail, ses poèmes en prose, ses photogrammes dont elle fait parfois des tirages à part, pour montrer que son travail ne se limite pas à une projection de films.

J.V. : Oui, je trouve ça très chouette parce que c’est l’occasion de ne pas me mettre dans une case unique contrairement à ce qu’on veut toujours faire. Cette édition DVD montre plus l’étendue de mon œuvre. Bien sûr, il s’agit des films les plus importants, mais on voit à côté ce qui se déploie aussi, tout un univers bien plus vaste.

B.J. : Dirais-tu que c’est une alternative à ton site ou un complément ?

J.V. : Sur mon site, il y a déjà beaucoup de photogrammes, quelques extraits de films, mais pas les écritures, et il faut quand même dire qu’un site sert plus à présenter succinctement son travail, ce n’est pas fait pour regarder des films par exemple, c’est pour ça que je ne mets en ligne que de petits extraits. Mais oui, c’est complémentaire, tout est complémentaire de toute manière… Je suis contente du DVD parce que c’est un bel objet qui permet de découvrir vraiment tout mon univers.

S.S. : Pour nous l’édition d’un DVD est assez proche d’un catalogue monographique présentant une publication complète avec les textes, les films, les photos ; ainsi nous dépassons la simple sélection de quelques films. Nous aimons prendre le temps de la gestation, de réfléchir comment rendre l’objet le plus complet et le plus hybride possible.

J.V. : Un détail important, c’est qu’il y a quelque chose à trouver sur le DVD, une chose cachée qu’il faut découvrir seul, qu’il faut chercher. C’était quelque chose dont j’avais vraiment envie qui procède à la fois du simple amusement de dissimuler quelque chose, mais aussi d’une démarche qui me correspond. Mais, je laisse le suspense…

B.J. : C’est « hybride » et pas « hybridation »… pourquoi ?

S.S. : Il fallait donner un titre percutant qui frappe l’imagination, un titre qui en plus fonctionne dans les trois langues, anglais, français et allemand.

J.V. : « hybride » a l’avantage d’être plus court et plus concis et ça peut faire penser aussi à une personne « hybride », cela correspond à ce que je fais dans ma démarche, des films hybrides qui ne rentrent pas dans le cadre « art vidéo » ou « cinéma expérimental » pur ou « animation », je suis un peu entre tout ça. Je me dis « cinéaste », mais bon je préfère « artiste ».

S.S. : Je préfère la notion d’ « auteur » parce que certaines personnes sont considérées comme artistes et d’autres non alors qu’ils ont des créations aussi importantes mais pas de galerie ou d’agent artistique, du coup ils ne sont pas forcément « artistes » parce que pas reconnus par le marché de l’art et la société. J’aime la notion d’auteur, de quelqu’un qui a quelque chose à dire, qui peut aussi bien travailler avec l’écriture, la pellicule ou la photo, j’aime beaucoup cette idée-là.

Mutations en profondeur d’un support industriel…

B.J. : Marc, quel a été ton rôle dans la création de ce DVD ?

Marc Horchler : Thomas Lambert et moi avons beaucoup travaillé sur la partie authoring. Avec les films de ce genre, il est très important de vérifier la conversion de l’image en format DVD. Nous avons été obligés de refaire le DVD plusieurs fois parce qu’au début ça n’allait pas du tout. Avec les films expérimentaux en général et ceux de Johanna Vaude en particulier, il faut faire très attention à la compression afin qu’elle soit de la meilleure qualité possible. Là il n’y a vraiment aucun plan des films typiques de fictions ou documentaires pour lesquels on peut prendre le Master et le compresser directement et sans problème en mpeg2. Dans les films de Johanna tout est très composé, composite et sophistiqué, c’est un véritable défi technique à relever. Il faut vérifier minutieusement, image par image, qu’il n’y ait aucun défaut, des drops, ou toutes sortes de problèmes liés à la compression. Cela nécessite d’adapter totalement la technique de la compression à ces films, c’est-à-dire inventer presque une compression image par image, une compression « à la main », recompresser certaines images ou certaines petites séquences selon des méthodes différentes, ajustées, de manière à obtenir un rendu visuel parfait, identique à l’œuvre originale. Il faut penser en plus que cela devait être fait pour le PAL et le NTSC.

S.S. : C’est vrai que c’est vraiment très important sur ces films expérimentaux parce que le milieu est toujours réticent à l’édition DVD. C’est dans notre intérêt de travailler le plus précisément possible, très proprement, dans le respect et l’intégrité de l’œuvre.

J.V. : Pour ce DVD, le résultat est extrêmement satisfaisant et fidèle à mon travail. D’après ce que Thomas Lambert m’a expliqué, le DVD est vraiment très lourd, il est à la limite de ce que le support peut contenir et de ce qu’un lecteur peut lire. Vous avez fait des compressions de manière à ce que cela soit le moins compressé possible pour obtenir la meilleure image, la plus riche possible, qu’elle comporte le maximum de détails, cela se passe au niveau du pixel, et du coup les fichiers sont très lourds. C’était ça le tour de force aussi. J’ai bien sûr supervisé cette phase de l’élaboration du DVD, vérifié la définition de l’image.

M.H. : Quand on regarde un film de fiction et qu’il y a un léger problème de compression pendant une seconde, ce n’est pas forcément très grave parce qu’on suit l’histoire, par la narration et par les dialogues. Tandis qu’avec les films de Johanna la narration passe par l’image, elle est d’abord plastique. Chaque image compte, chaque image doit être parfaite. Bien sûr, un DVD est un produit qui est fait avant tout pour être regardé à la maison et pas en projection mais il faut penser que ça peut aussi être le cas. Il faut faire des compromis sans se compromettre et sans compromettre l’image. J’ai regardé les films cent fois afin d’être sûr de l’image et pareil pour le son bien sûr qui a constitué un travail à part entière. Il faut veiller à ce que cela puisse passer sur n’importe quelle télévision. On ne peut, bien sûr, contrôler ce que les gens disposent comme matériel chez eux… On se heurte à une limite qui est celle du matériel audiovisuel du spectateur ; si par exemple, le poste de télé n’a pas de bon rendu de couleurs, tu ne peux rien faire.

B.J. : Est-ce que ce vous disiez lors d’un forum numérique de Vidéoformes 2005, que vous éditiez vos DVD à 2000 exemplaires, est toujours d’actualité ?

S.S. : Au début, quand nous étions encore très optimistes, nous tirions à 2000 pour quelques titres, maintenant c’est plutôt 1000 exemplaires à la fois. Cependant, nous procédons parfois à des rééditions de quelques titres, mais ce n’est pas viable de tirer tout de suite à 2000 : il faut les stocker et ce n’est pas facile de les vendre. Surtout en ce qui concerne les monographies, vu que nous travaillons surtout avec de jeunes artistes qui commencent à être connus, mais qui ne sont pas des superstars, ou pas encore. Nous voulons contribuer à lancer des artistes, notamment à l’étranger. Je suis sûr que ce DVD sera une excellente chose pour Johanna puisqu’il est distribué en Allemagne, en Suisse, aux Etats-Unis où elle est déjà un peu connue, mais cela lui donnera une plus grande visibilité. Le DVD permet une circulation des œuvres. Les ventes se font par l’intermédiaire des librairies des musées en général, les Ecoles d’art, mais aussi sur Amazon. En Allemagne c’est un autre distributeur qui vend pour nous. Beaucoup de particuliers les achètent. Il y a de tout. Une fois que le DVD est sorti, nous essayons généralement d’exporter le programme pour qu’il soit projeté dans d’autres lieux à travers le monde.

Tout est hybride…

B.J. : Johanna, mardi 20 mars dernier, je suis allé à la conférence-projection de Katerina Thomadaki et Maria Klonaris à la Cinémathèque universitaire de Paris 3. J’ai été frappé par le fait que leur travail s’ancrait totalement dans cette notion d’hybridation, qu’elles revendiquent même. Je voulais savoir quel était ton rapport avec cette histoire de l’hybridation.

J.V. : Quand j’ai commencé à faire des films « hybrides », je ne savais pas que je faisais des films hybrides. Je ne me suis jamais dit « je vais faire des films hybrides » mais juste des films. Et puis, naturellement, j’ai combiné différentes techniques. Tu rencontres des gens qui te disent que ce que tu fais n’est pas du cinéma expérimental parce qu’il y a de la vidéo, ou inversement d’autres qui te disent que ce n’est pas de la vidéo parce qu’il y a du film et tu ne comprends pas ce que tu fais. A un moment donné, j’ai eu envie de poser un peu mes théories sur les choses : j’ai fait mon DEA/MASTER 2 sous la direction de Nicole Brenez à Paris I qui m’a proposé de travailler sur l’hybridation puisque je la pratiquais dans mes films. Ce n’était pas le sujet qui m’intéressait le plus au départ, mais ça m’a vraiment passionnée parce que c’est un sujet très à la mode, sur lequel il se dit plein de choses, et il était donc important de définir ce dont il s’agissait. Dans la mesure où tout est hybride, que veut dire exactement ce terme ? Nicole Brenez m’a donné alors une carte blanche à la Cinémathèque française du 1er septembre au 20 octobre 2006 que j’ai faite, à partir de mon DEA, sur la greffe, la fusion et l’hérédité. L’hybridation, c’est énorme, tout le monde est fait comme ça, la vie est faite comme ça. Tu te rends compte que la notion de format et de support n’est pas ce qu’il y a de plus important ; venant des arts plastiques, j’utilise le pastel, l’acrylique, l’huile, le fusain, tous les outils qui sont sous la main et personne ne me dira « non, tu ne fais pas des arts plastiques parce que tu utilises tel outil ». Il n’y a pas un outil imposé. Et j’ai pratiqué le cinéma de cette manière, avec la même liberté. Mais le cinéma est un art tout nouveau, sous l’emprise de l’industrie, du coup on enlève un format pour le remplacer par un autre. Ce qui est vraiment dommage, parce que si tu regardes bien, la pellicule est aussi intéressante que le numérique. C’est deux choses différentes, qui ont chacune leurs qualités et leurs défauts, mais ce qui m’intéresse, c’est la rencontre des deux et ce que tu peux faire avec. Supprimer l’un ou l’autre, ça ne veut rien dire pour moi. Ce qui compte avant tout, c’est qu’ils se retrouvent dans le film, ce que tu as fait avec. Les outils ne sont qu’un moyen. Ce DEA était donc important pour savoir me situer, savoir exactement ce que je faisais et comprendre ce qui se passait tout autour de moi. Mais je ne voulais pas parler de ma pratique d’une manière trop personnelle, je l’ai fait d’un point de vue scientifique, Darwin, l’évolution des espèces, pour regarder ça avec du recul, comme si j’observais un organisme vivant, en mouvement, en train de se transformer et de muter. Et c’est le cas d’ailleurs.

B.J. : Quel regard portes-tu sur le travail de Klonaris et Thomadaki ?

J.V. : Malheureusement, je n’en ai pas vu beaucoup, seulement Selva, Quasar et Pulsar.

S.S. : Le Cycle de l’Ange est magnifique, j’adore. Elles ont travaillé à partir d’une photographie d’hermaphrodite qu’une des deux a retrouvée dans les affaires de son père gynécologue.

B.J. : En les écoutant, je retrouvais ces problématiques scientifiques que tu évoquais, Johanna, sauf que chez elles, il semble qu’il y a une dimension mystique supplémentaire. Je pensais que tu avais peut-être fouillé de ce côté-là. Je ne crois pas qu’elles aient lancé quoi que ce soit, mais il semble qu’elles aient travaillé depuis les années 70 dans l’hybridation, puis ont été pionnières en France de l’hybridation cinéma, vidéo, ordinateur fin des années 80.

J.V. : C’est un terme qu’on a toujours utilisé et ça a toujours existé, non ? Le cinéma expérimental a toujours été hybride, dès les années vingt et même avant. C’est un nouvel outil artistique qui s’est hybridé à toutes les pratiques antérieures à lui, comme la peinture sur pellicule, la projection sur des volumes, la photographie (toutes ces expériences qui ont été faites), il s’est hybridé à tout ce qui était antérieur à lui. Maintenant, il y a quelque chose de nouveau qui arrive, le numérique, un support qui lui est semblable, de même constitution, pas comme la peinture, mais en même temps différent, comme un nouveau continent qu’il n’a pas exploré. Et du coup certains bloquent.

M.H. : Il y a une zone de flou de plus en plus apparente ces dernières années entre l’art vidéo et le cinéma expérimental, qui sont restés longtemps comme deux mondes à part, deux écoles à part, deux économies à part. On voit de plus en plus, notamment chez Lowave, des artistes qui sont entre les deux.

S.S. : C’est un problème de notre temps, je crois, la tendance est à cloisonner les différents milieux, c’est ce que nous rencontrons tous les jours et il y a même des critiques qui nous sont formulées parce qu’il y a un documentaire, de l’art vidéo et un film expérimental sur un même DVD. Heureusement, il y des gens comme Raphaël Bassan qui vient d’écrire un très beau texte sur Johanna Vaude, qui connaissent très bien le cinéma expérimental, mais qui n’ont pas ce problème à se limiter à un genre, qui voient la force des nouvelles technologies ; j’aime beaucoup cette conception qu’une œuvre est avant tout une œuvre. Chez Lowave, dès le départ, c’est quelque chose qui nous a intéressé. Une hybridation peut se faire autour d’un thème, c’est même beaucoup mieux ainsi. Il ne faut éviter de faire des distinctions tranchées. Dans les galeries d’art, par exemple, il y a des œuvres que tu ne verras jamais pendant d’un festival expérimental et pourtant elles sont tellement proches de ce qui y est projeté. Nous, nous utilisons le DVD aussi dans ce but-là : pour décloisonner. Lowave est devenu une véritable plateforme de rencontre entre divers champs artistiques. Peu importe que l’un soit vidéaste, l’autre cinéaste, l’autre encore photographe.

J.V. : C’est vrai que c’est énervant de devoir se définir comme ça, c’est dingue et très énervant. Ca ne fait pas de sens. Tu fais un geste à un moment donné qui peut revêtir  différentes formes et utiliser différents supports. Il faut prendre les médias comme des outils tout en les explorant quand même, mais ensemble. C’est ça qui m’intéresse de plus en plus, de les faire fusionner. Ca donne des relations, des mélanges, des rencontres, des interactions que tu n’as pas avec l’outil tout seul.

M.H. : Ce qui est unique avec Johanna, c’est que l’hybridation lui permet d’adapter une nouvelle technologie, de nouveaux formats, nouveaux médias, tout en gardant les apports des anciennes pratiques. Tout comme les groupes de musiques qui mêlent de la musique traditionnelle à des expérimentations électroniques, des instruments anciens avec de nouveaux. C’est une ouverture vers l’avenir qui incorpore le passé.

S.S. : C’est une démarche rare et emblématique, bien des gens restent fixés pour toujours sur un support.

J.V. : Ce qui est terrible alors, c’est si on leur enlève ces supports. Imaginons que demain Sarkozy nous retire toutes les pellicules, le numérique, les DVD. Qu’est-ce qu’on va faire ? Eh bien, on va continuer quand même. On va trouver une autre solution. Je plaisante un peu, mais l’idée est là.

B.J. : C’est vrai que je m’étonne aussi que nous soyons à une époque où cloisonne encore tant les choses. Je ne comprends pas vraiment par exemple les prises de position de Stéphane Marti vis-à-vis de la super 8…

M.H. : A l’autre extrême, tu as les gens qui ne veulent pas travailler avec la pellicule parce que ça fait vieillot, ils sont dans le culte de la nouveauté technologique. Ils ne connaissent rien du passé non plus. Tu as des artistes qui font des images en numérique mais qui ne savent pas dessiner à la main.

J.V. : C’est très intéressant ce que tu dis, c’est cette courroie de transmission qui manque peut-être, ce passage d’une pratique vers un autre outil. Forcément, avec l’industrie, le cinéma est un peu devant ce fait accompli : la pellicule va disparaître. Il faut l’admettre. Et c’est ce passage d’un médium à un autre qui va être intéressant. D’où la courroie de transmission, il faut transmettre des techniques qui ont été explorées vers de nouveaux médias.

S.S. : Quand nous travaillons avec des cinéastes expérimentaux purs et durs, ils ne veulent pas que nous fassions de projections du DVD parce que nous n’allons pas projeter à partir de la pellicule. Je peux comprendre que l’on tienne à une projection pellicule quand on a les moyens, mais il faut comprendre aussi que passer d’un support à l’autre, ça ouvre aussi d’autres possibilités. Je trouve intéressant aussi de présenter le film sous un autre support tout en sachant, qu’au départ, il s’agissait par exemple de 16mm. Il faut savoir faire voyager l’œuvre avec des moyens plus modernes, plus accessibles. Le DVD permet ça. Et si tu veux être sur un DVD, cela implique une volonté d’ouverture, d’être vu, d’atteindre un autre public aussi.

J.V. : C’est un risque aussi, tu t’exposes. C’est en tout cas ce que je ressens en ayant fait ce DVD. Ca me plaît, mais j’avais plutôt l’habitude de faire mes films seule dans mon coin, de les montrer à un cercle de gens. Le DVD devient un objet public, accessible.

Mutations à venir…

B.J. : Vois-tu de nouveaux outils que tu voudrais utiliser ?

J.V. : Oui, tout m’intéresse, il faut juste que j’apprenne. Quand je vois des films en 3D aujourd’hui, ça me gratte, parce que je me dis « ah ! si je pouvais en faire ! ». J’aimerais bien expérimenter ça, j’ai l’impression que cela reste encore très lisse, on utilise la 3D pour que cela ressemble le plus possible au réel. Je voudrais expérimenter de nouvelles images. Sortir de la projection simple pour des installations, ou même des œuvres faites en direct par exemple, pour étendre la représentation. Mais alors en association avec d’autres personnes, qui connaissent des outils que je ne maîtrise pas. Et c’est tellement enrichissant de rencontrer d’autres gens qui ont un tout autre univers, qui font autre chose, et établir un échange, de partager et de construire des choses à plusieurs. Sinon, j’aimerais bien, un jour, que le cinéma soit complètement holographique ; quand je projette un film, j’aimerais beaucoup que le spectateur soit dans le film, qu’il rentre dans cet univers. Moi je cherche déjà à rendre ça par un travail de l’image en profondeur, en couches superposées. Mais je voudrais que le spectateur y soit vraiment. Mais le mieux, pour mener à bien ce projet, serait de travailler en partenariat avec des équipes de scientifiques en laboratoire.

www.lowave.com
www.johannavaude.com

« Johanna Vaude/Lowave : DVD « Hybride » » par Bidhan Jacobs in Turbulences vidéo #56 – juillet 2007, p. 18 – 29